Accueil - 2012-13 - émissions de Décembre
ENA : promotion Ubu Roi
Le mercredi 19 décembre 2012




C’est la pensée post-it poussée à l’extrême. En lisant « Promotion Ubu Roi. Mes 27 mois sur les bancs de l’ENA », on comprend assez vite que c’est une école qui sélectionne 80 brillants jeunes gens via des épreuves impitoyables pour leur infliger par ensuite un cursus pitoyable.

Saby parle de « vide abyssal de l’enseignement ». Et il s’appuie sur la redoutable épreuve du « thème observation ». Huit heures, enfermé sans documents, sans bouger et à répondre à une réelle question politique sans aucune conscience politique. Car, à l’ENA, peut importe la connaissance du sujet - ici le développement rural et sa place au sein de la mécanique européenne - « l’important est juste que nous sachions pondre une résolution, en étant notés sur notre capacité à imiter des textes déjà existants et à singer leur formulation ».

Du dressage.

Un reportage de Sarah Lefèvre





Utilisez ce formulaire pour laisser vos messages
S'ils retiennent l'attention de l'équipe, ils seront publiés ici
 
Titre :
Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ecouter en mp3
grâce au player Flash de JeroenwiJering.com

Ecouter en ogg OU en real audio

Télécharger en Mp3, Ogg ou Real
Podcaster cette émission seulement
ou

ou en utilisant l'adresse du podcast :
www.la-bas.org/podcast.php3
pour recevoir toutes les futures émissions

Vos réactions à cette émission

Cliquez ici pour laisser un message

le 8 janvier 2013 - 18h03, par christine

Bonjour, le fonctionnaire n’est-il pas, par définition , un instrument de l’état ? Je songe aux esclaves publics, fonctionnaires d’Athènes ou de Rome, nos modèles. n’est-il pas le meilleurs instrument de la division ? merci Christine


le 4 janvier 2013 - 17h25, par mo63

En effet, beaucoup de porte qui s’ouvrent et de couloirs, Mais bien peu d’analyses et d’historique... On n’apprend même pas grand chose sur le contenu du livre lui-même... . . Par ailleurs, qu’un haut fonctionnaire soit formé à l’application des politiques décidées ne me choque pas spécialement... Par contre, que la formation n’inclut pas d’analyse politique et économique approfondie m’étonne... Mais ces gens-là ont fait sciences po ou HEC avant...


le 20 décembre 2012 - 14h19, par cigogne

merci pour votre emission pourriez vous indiquer les extraits de chansons qui entrecoupent les .. ;conversations ?merci et bonne journnee , à demain je suiz’à l’ecoute pendant la fin du monde,pendant la faim dans le monde,pendant la fin d’un monde,pendant la fin (j’espere)du journal l’iMonde

cigogne(avec 2 L)


le 20 décembre 2012 - 00h26, par Bidochon

Désolé, c’est encore moi, je vais vous faire perdre du temps avec mes messages... Hier j’ai regardé « 2012 » sur M6, je ne l’avais pas vu au cinéma , et au final je ne regrette pas j’ai gagné un billet. Bref, en bon « survivaliste » j’avais pris mes précautions en investissant dans un bunker souterrain à Bugarach (c’est moi qui ai laisser un message sur le répondeur du maire de Bugarach pour savoir s’il avait prévu un abris nucléaire), j’ai même mes billets de train en TGV 1ère classe pour demain jeudi. Quel fut mon horreur, en voyant le scénario du film, qu’en fin de compte j’allais périr noyé dans mon cylindre souterrain, j’ai même pas une poupée gonflable sur place ! Passé ce moment d’horreur, j’ai finis par être pété de rire par le scénario et le message du film. Statistiquement, si les mathématiciens qui créent des algorythmes alambiqués pour bâtir des plans sur la comète sur les fluctuations futurs du cours de la bourse au sein de toutes les banques mondiales, avaient travaillé sur les prédictions du calandrier Maya (au fait, ils sont sure que c’est un calandrier ?) et une hypothétique fin du monde, ils se seraient probablement rendu compte que statistiquement nous avons bien plus de chance de faire péter la planête nous même, ou la détruire pas la pollution, en la recouvrant de béton, ou par les OGM (lire « Le grand secret » de Barjavel, à l’époque de l’auteur les manipulations au niveau de l’ADN était de la science fiction, et pourtant !), que par la collision d’une astéroïde qui croiserai le chemin de la terre, en sachant la taille de l’univers. Nous avons plus de chance de tirer le gros lot à l’Euromillion que de nous prendre une comète sur la gueule ! Quand au scénario du film, là c’est le pompon ! Un « prout » géant du soleil qui créerait des ondes électromagnétiques suffisantes pour faire bouillir le magma terrestre comme si la terre se retrouvait dans un micro-onde. Le Message du film : Il y a un changement net de cap du film catastrophe américain, ce n’est plus « l’Amérique » qui sauve le monde comme dans « Armageddon » ou « Independence Day » ou l’on voit carrément le président des état unis grimpé dans un F16 et jouer les kamikazes contre les vaisseaux extra terrestre sur fond de drapeau Américain et hymne national. C’est le grand capital, « la mondialisation » et son système capitaliste qui sauve le monde ! Bref, grâce aux billets vendu 1 milliard la place dans l’arche de Noë, l’humanité est sauvé (bon d’accord, les + riches, mais c’est aussi les plus intelligents, les plus méritant !) et grâce à ces merveilleux sponsors, l’arche de Noë est également chargé de spécimens d’animaux. Le système capitaliste libéral prend maintenant le dessus sur la notion de Nations USA. Autre perle du film « Gràce à l’efficacité chinoise, les vaisseaux (arche de Noë) ont été fabriqué en un temps record » ! Le monde sera sauvé par le système capitalisme mondialo-libérale et l’efficacité chinoise... C’est vrai qu’après tous ça, on a envie de s’enterrer dans un cylindre ! Faute de dire des choses importantes, j’espère au moins vous avoir fait marrer.


le 19 décembre 2012 - 18h32, par Alain de Toulouse

Salut Daniel, comment peut on avoir les interprètes et les titres des morceaux que tu as passés dans cette émission, ils étaient super.

Merci


le 19 décembre 2012 - 17h00, par Bruno

Un peu déçu par ce reportage. Il aurait peut-être été plus pertinent de creuser pourquoi, parmi la kyrielle d’énarques anonymes, aussi peu crachent dans la soupe. La fierté d’en "être" ou la difficulté d’admettre qu’ils ne sont que de mauvais figurants du merveilleux film "Ridicules" de Patrice Leconte. Surement, entre les deux.


le 19 décembre 2012 - 17h00, par EtienneH

A l’arrivée, les politiques menées par ces mecs soit disant brillants sont toutes identiques et tout aussi catastrophique. Dernière en date, la pseudo-réforme bancaire sur laquelle on aimerait entendre notre ami Lordon. En attendant, je recommande absolument aux fans de La bas si j’y suis cette courte vidéo intitulée "Le Hollandisme ou la valse des renoncements" qui en quelques minutes fait le bilan de 6 mois de "gauche", du TSCG à cette réforme bancaire, en passant par le cadeau de 20 Md, Florange et les pigeons. Génial.


le 19 décembre 2012 - 16h10

Tiens, le Didier SUPER a été raccourcis de 3 vers ?


le 19 décembre 2012 - 16h08, par Maisdoux

Bonjour, super émission (là bas si j’y suis)... Merci de nous en donner la prog musicale et a bientôt.

archives "non-officielles" de l' émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis" diffusée sur France Inter

Accueil | Podcast | Plan du site | Autres sites | Contact  | Admin |
 © Copyleft 2004 site réalisé par Franck avec SPIP, hébergé et soutenu par Abeille Informatique