Accueil - 2012-13 - émissions de Novembre
Mais d’où qu’y sort çui-la ! (2)
Le vendredi 30 novembre 2012



« Ici, on vit de solidarité, du RSA, de petits boulots... » Sumène c’est « the place to be » pour une jeunesse du Gard qui fuit la précarité et la flambée des loyers de Montpellier...

La bonneterie a stoppé ses activités. A son âge d’or, l’usine employait jusqu’à 1 200 habitants de cette région des Cévennes méridionales. Aujourd’hui, c’est la maison de retraite de Sumène qui fournit 30 emplois à la commune.

Sumène s’est statufiée dans son écrin vallonné. Et puis les « néos » sont arrivés. Avec eux, les moulins ont été réhabilités en beaux mas, l’école a rouvert ses portes. Le bourg compte trois épiceries, une pharmacie, une poste, une gendarmerie et deux cafés.

Deux bistrots comme une ligne de démarcation entre les « rabas » et les membres de la Ligue du midi...

« Mais d’où qu’y sort çui-là ! » Deuxième partie de ce reportage de Charlotte Perry. Vendredi, France Inter, 15 heures.




Utilisez ce formulaire pour laisser vos messages
S'ils retiennent l'attention de l'équipe, ils seront publiés ici
 
Titre :
Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ecouter en mp3
grâce au player Flash de JeroenwiJering.com

Ecouter en ogg OU en real audio

Télécharger en Mp3, Ogg ou Real
Podcaster cette émission seulement
ou

ou en utilisant l'adresse du podcast :
www.la-bas.org/podcast.php3
pour recevoir toutes les futures émissions

Vos réactions à cette émission

Cliquez ici pour laisser un message

le 13 décembre 2012 - 21h49, par rougon

mais de qui qu’elle est la musique ???


le 4 décembre 2012 - 18h58, par Alphonse

Il y a un gros gros probleme ... pourquoi le front de gauche n’a t il pas une "offre" qui pourrait laminer le front national ?? Il faut vraiment vraiment se poser la question... Pourquoi le front national est plus credible que le front de gauche ??? POSEZ vous la question !! et vite !!


le 4 décembre 2012 - 00h04, par Corinne

Monsieur Pasky vous vous trompez je connais des boulangers des jeunes agriculteurs des artistes des plombiers un ingénieur, des comédiens , des travailleurs sociaux . Ils vivent à sumene ou alentour . Travail et sont qualifiées de rabas car ils sont de gauches . Être de gauche pour vous signifie systématiquement assistés et drogués ? Le front national et les identitaires ne cherche qu’à récupérer la région et quand ce sera fait vous tonnerons t’ils la tête pour avoir été baba en 70 . Méfiez vous . Votre passé même lointain vous jouera des tours .....


le 3 décembre 2012 - 11h56, par Ben

Aujourd’hui 3 décembre 2012, l’UIT décide à la place des citoyens du monde, l’avenir des droits d’expression et d’accès à la culture sur internet. L’UIT n’est pas le cadre adéquate pour prendre des décisions sur l’avenir de internet. L’UIT (L’union internationale des communications.) Débat en secret. la politique relative à internet doit rester participative, libre et ouverte. Mobilisez vous et signez les pétitions proposées sur Google. Merci de faire passer l’info ! Amitiés à la bas et aux AMG’s.


le 3 décembre 2012 - 11h40, par paskly73

je ne sais pas Corinne si ces gens sont prêts à faire "re-vivre" le pays avec les gens du crû (de souche)Il y en a peut-être mais on ne leur a pas donné la parole dans l’émission. je n’ai entendu que des jeunes parler de "créations" éphémères (toujours de type artistique)et je n’ai pas eu l’impression qu’ils avaient pour projet de s’investir personnellement dans l’avenir de cette région. j’ai plutôt eu l’impression qu’ils étaient opportunistes, posant leurs valises là parce que c’est beau et qu’ils peuvent y couler leurs jours tranquillement sans être dérangés par les lois et règles diverses plus pesantes en ville. Pourquoi pas d’ailleurs, mais n’en faisons pas des acteurs essentiels à la redynamisation des Cévennes !

Il est sûr que si un certain nombre de ces jeunes (et moins jeunes) considèrent Sumène comme un "spot" pour faire la fête et cultiver de "l’herbe" sans qu’on vienne les emm... tout en bénéficiant des subsides de la collectivité....il n’est pas surprenant qu’il y ait des problèmes de cohabitation. Quant à ceux qui travaillent... c’est très bien, je serais curieuse de savoir combien exercent des activité déclarées ?

C’est toujours le même débat. On veut être libre, et se désolidariser de la société des Bidochons (pour reprendre un terme employé plus bas) mais on met quand même son orgueil dans sa poche pour aller quémander les aides sociales. On refuse le système mais on a la CMU et les enfants vont à l’école publique.....je pense que tout celà manque surtout de maturité....

Bidochon je partage certains de vos points de vue à ceci près que j’ose espérer que les jeunes de Sumène ne sont pas les mêmes que les décérébrés qui font des heures de queue pour acheter la dernière invention d’apple et consorts....

Daniel ! A quand un sujet sur "le revenu de base" ? http://revenudebase.info/


le 3 décembre 2012 - 00h34, par Corinne

Effectivement vous avez donné beaucoup de place à quelques tarés ! Je rappel que les gens en général sont plutôt ouvert à sumene . À part certain qui ce trompe de cible . Si effectivement certain survive avec un RSA 80 pour cent des gens travail . Travaux agricole . Chantier . Garde d enfants . Beaucoup on des petits salaires mais travail . Payent des loyer très chère pour des apparts très mal isolé aux cévenol pur jus . Sachez aussi que beaucoup s’organisent collectivement et solidairement ce qui leurs permettent de ne pas avoir besoin de beaucoup d argent . Aucun n à achète de Mercedes en tenant une épicerie ..... Comme certaine patriote .... Ah et la violence elle existe ... Malheureusement . Et pour l instant le concours de testostérone vient systématiquement de ces chers patriotes qui font des tours en voitures en espérant croiser quelques rabas les vendredi ou samedi soir pour les insulter . Non aux fascistes . Non aux racistes . Non aux nazis de St. Julien . Rendez vous compte cévenol que certains pour prendre votre village sont près à tout . Rappelez vous que si ces neoruraux un jour sont venu dans votre pays c est qu iil est beau et que ces gens sont près à le faire revivre avec vous .....


le 3 décembre 2012 - 00h20, par Groupe G.R.O.I.X

POUR EN FINIR AVEC L’OLIGARCHIE ET SA PSEUDO-DÉMOCRATIE :

Accueil du site > Ressources > Autres > Lettre d’un commandant de bord à propos de l’aéroport NDDL Lettre d’un commandant de bord à propos de l’aéroport NDDL vendredi 30 novembre 2012, par zadist

Et si on écoutait un peu les techniciens ? J’ai bientôt 70 ans , 40 années dans l’aéronautique, 15 comme commandant de bord, 14500 heures de vol. Je ne connais pas tous les aéroports du monde mais j’en connais beaucoup,franchement beaucoup.Néanmoins , si je veux comprendre quelque chose dans cette polémique , je dois faire comme tout le monde : procéder par comparaisons. On me dit que l’aéroport de Nantes est dangereux car les avions passent sur la ville. Ah bon ! j’ai passé ma vie de pilote à survoler des agglomérations à basse altitude ,tant au décollage qu’à l’atterrissage , avec des procédures spécifiques à chaque endroit . Ici il faut virer sitôt l’attitude de sécurité atteinte, là il faut réduire la puissance, ailleurs c’est la pente qui est réglementée... Bref, je ne veux pas trop m’étendre sur les détails techniques mais les aéroports où les pilotes sont peinards et peuvent gérer les approches et les décollages comme bon leur semble sont rares. Aussi rares que les villes non survolées par les avions. Je connais Nantes pour avoir pratiqué cet aéroport plusieurs fois par semaine il y a quelques années et n’ai pas souvenir de spécificités particulières. Si on reconnaît Nantes dangereux , il faut interdire plusieurs milliers d’aéroports dans le monde et commencer par rayer de la carte celui de Chambéry. Hé oui les savoyards ! L’aéroport de Chambéry le Bourget est coincé entre deux montagnes sur ses flancs, le lac à un bout de piste la ville à l’autre bout. Pourtant les gros jets se posent et décollent sans scandales ni polémiques.Ne parlons pas de celui de Hong kong, : là , jusqu’en 1998 , c’était carrément un spectacle. Hongkong était dans un délire, Nantes aussi mais en sens inverse. Si on considère maintenant l’autre volet de l’affaire, c’est à dire l’augmentation de l’activité, on va se retrouver encore une fois dans les arguments spécieux et délirants. On me dit que cet aéroport avec ses 3,5 millions de passagers en 2011 se trouve "à l’étroit" et qu’il faut prévoir l’avenir. On voudrait me faire croire que cette infrastructure arrive à saturation. C’est vrai que le chiffre ne me parle que si je compare, autrement je suis prêt à croire tout ce que l’on me dit. Lors de l’éruption volcanique islandaise de l’année passée, Nantes qui était hors zone, a multiplié son trafic par trois pendant plusieurs jours , et tout s’est très bien passé. Les aéroports de la taille de Nantes sont les plus nombreux et il suffit de comparer avec d’autres pour se rendre compte de l’importance des balivernes prononcées sur le sujet. Un exemples parmi tant d’autres : Genève. Cet aéroport a reçu l’année passée plus de 12 millions de passagers. Oui vous avez bien lu : en fait, presque 13 millions ( je n’ai pas le chiffre exact) . Une seule piste, des contraintes de proximité urbaine et une plate-forme aussi grande que Nantes. Il est vrai que les Suisses sont en démocratie et ne se font pas enfumer. Le premier prix au championnat du monde du genre revient à San Diego en Californie : une seule piste, plate-forme beaucoup plus petite qu’à Nantes, des contraintes incroyables d’environnement et d’interdictions de nuit : 18 millions de passagers l’année passée. Oui chers amis écolos, 5 fois plus que Nantes. Bon il faut reconnaître le grand professionnalisme des contrôleurs aériens américains et aussi celui des pilotes. Les contrôleurs français sont également très bons et les pilotes pas maladroits et on voudrait nous faire croire que Nantes sera à saturation en 2020 avec... 5 millions de passagers !!! 5 millions en 2020, c’est tout ? et c’est y qui qui nous les fait ces prévisions ? Et basées sur quoi ? Si c’est aussi sérieux que le reste, on est encore en droit de douter. Même si le chiffre est dérisoire. Pour le moment présent ce n’est que moins de 4 millions. Puisque personne ou presque dans ce pays n’écoute les arguments écolos,il me semble qu’il serait bon d’en employer d’autres : ceux qui frappent les esprits, ces arguments par exemple.L’essentiel n’est-il pas dans le résultat ? Sauver des terres agricoles et permettre aux petits oiseaux de continuer de voler c’est bien, c’est même essentiel mais puisque personne n’écoute, tenons donc un autre langage !!! Éviter de dépenser un demi milliard d’euros dans une lamentable stupidité à la gloire de ces hommes politiques qui auront disparu dans l’enfumage des irresponsabilités lorsque le projet réalisé révélera sa bêtise. Se préserver du gaspillage à une époque qui, nous dit-on, va devenir encore plus dure : cela devrait suffire à convaincre les plus sourds non ? et surtout renvoyer les pelleteuses au garage. On peut aussi continuer de subir l’oligarchie, se complaire dans ce système corrompu de pseudo démocratie dite représentative, honorer 577 députés, gaver 350 sénateurs et leur permettre de donner leur nom aux édifices construits avec l’argent public. Concernant l’aéroport de Nantes je propose Ayrault port. On peut aussi espérer qu’un jour peut-être , les français découvrent que la solution n’est pas dans les hommes politiques mais dans l’action citoyenne responsable. Qu’il soient de droite de gauche du milieu ou de Mars, les politiques ne sont pas la solution : ils sont le problème.


le 2 décembre 2012 - 23h29, par Bidochon

Par rapport au message précédent : « Il est certain que cette génération a grandi dans une aisance matérielle beaucoup plus importante que la génération précédente ...Je reconnais que la situation est vraiment déprimante pour des jeunes qui arrivent dans un monde où tout s’effondre ». je ne suis pas sure que la « jeunesse », soyons large des ados aux trentenaires actuels soient conscients de la « situation » et qu’ils arrivent dans un monde qui s’écroule. Il y a toujours eu des « conflits entre générations », mais là je trouve que nous traversons une période particulière. Je suis née dans les années 60, et gamin un « vieux » qui avait certainement connu les 2 guerres m’avait dit, en parlant de nous les jeunes en générale, « ce qu’il vous faudrait, c’est une bonne guerre » car il nous trouvait mollassons, tout nous tombait tout cuit dans le bec. Pour avoir de l’eau chaude il suffisait d’ouvrir un robinet, pour avoir à manger, ouvrir le frigidaire , nous pouvions sans nous poser de question aller à l’école au moins jusqu’à 16 ans, deux mois et demis de vacances en été, quand nous désirions quelque choses (jouets) il suffisait d’en faire la demande et nous avions ces cadeaux (dans l’ordre du raisonnable) le 24 décembre à noël, ou à notre anniversaire. C’est à dire 2 fois dans l’année (il fallait attendre tout de même !)., exceptionnellement pour marquer le coup : obtention du BEPC, ou chaque autre diplôme. Ce que nous aurions pu connaître de la guerre ? le service militaire, un an de corvées comme seule souffrance avec un peu d’humiliations et de vexations. Dans les années 70, j’étais trop jeune pour avoir été « hippie », disons fin 70 et début 80 : un babacool (post hippie, plus raisonnable : écouter du rockn’ roll et avoir fumer 2,3 joints pour ne pas mourir idiot ). Pour ma génération, ce que nous voulions en premier lieu c’est prendre notre indépendance : quitter la maison familiale au plus vite, pour cela travailler, fonder un foyer (trouver l’âme sœur), et s’amuser en sachant qu’il y a un temps pour cela. En ce qui me concernes du moins, c’étaient mes seules ambitions. Une jeunesse dorée... Maintenant je suis un vieux con, un « bidochon ». je ne comprend pas la « jeunesse » actuelle qui passent le superflu avant l’essentiel : acquérir toutes sortent de conneries au point que leurs salaires ne suffisent plus avant de subvenir au minimum vital, a l’essentiel : avoir un toit (un foyer), avoir son indépendance financière pour se nourrir, s’habiller, et s’amuser avec ce qu’il reste. C’est pas la vie rêvée ? ? ? c’est bon pour les bœufs et les bidochons (contraction de : bidon-con) ? les plaisirs simples cela existe, pas besoin de devenir une « star » par le show business, les sports extrêmes pour prouver que l’on est « au dessus » de la masse des simples cons, en ayant 15000 amis sur « faceBook » pour être « aimable » et adulé. A t’on besoin d’être adulé pour exister ? La génération des « adulescents ». Tous cela c’est du bidon, du virtuel, du mensonge, du préfabriqué, du retouché, du « fashion », du marketing, de la com... On commence à parler « d’intelligence collective » par la venu d’Internet, du numérique, de l’informatique (google), du multimédia par de multiple plate-formes permettant l’échange instantané d’informations de par le monde. A croire que la jeunesse actuelle ne raisonne plus de manière individuelle par leur propre cerveau, leur propre pensée, leur propre inconscient/conscient, mais par un inconscient/conscient collectif. Ce n’est plus un « moi » et un « surmoi » psychologique, mais un « nous » et un « surnous » collectif. Le film « matrix » n’est pas si loin de la réalité d’une certaine manière, pour moi ce n’est plus de la science fiction. Si demain il y avait une « grande panne informatique » je ne serais pas étonné de voir ces jeunes errer tels des zombies. Je penses que c’est pour cette raison que les jeunes, j’en reviens au début de mon message, sont incapables de comprendre la « situation » du monde actuellement, que ce « monde » s’écroule ou pas. Quel monde ? celui ou ils marchent en mettant un pied devant l’autre ?celui qui contient l’air qu’ils respirent ? Celui qui fait pousser les végétaux qui garnissent leurs assiettes ou qui nourris les animaux qu’ils mangent également ? celui dont on extrait les matières premières pour réaliser l’objet matériel de tous leurs désirs inassouvis ? tous simplement leur corps, leur intellect, leur âme dans un monde, dans une vie qui de toute façon à un début et une fin (la mort). Le monde n’a pas finis de « s’écrouler » quand la dernière génération n’a comme but ultime que d’acquérir le dernier « Iphone » qui dans 6 mois sera « obsolète », d’acquérir tout au moins cher, d’assouvir absolument tous les plaisirs de manière immédiate a chaque fois que la pub, la com, le marketing « titille leurs glandes à plaisirs » !Quand a l’avenir du monde du travail, du secteur industriel, de l’Etat, du service publique, de l’éducation, des acquis sociaux, n’en parlons pas ! La jeunesse actuelle est la première a creuser la tombe de ce « monde » dans lequel ils vivent ! Alors effectivement, pour un bouseux des Cévènnes qui a toujours vécu au rythme de la terre, il y a quelques incompréhensions... Vous allez peut être trouver mon jugement dur envers cette jeunesse, mais elle m’attriste plutôt qu’autre chose : elle est responsable de son état en entretenant le système qui l’avilis, système que nous générations précédentes avons laisser mettre en place par la classe dirigeante (politiques, élites) comme de bons petits soldats.


le 2 décembre 2012 - 12h45, par paskly73

Bonjour, J’ai écouté les deux émissions sur Sumène. Je ne suis pas d’accord lorsque vous qualifiez les « rabas » de « babas cools » ou « hippies ». J’étais baba cool dans les années 70. Les babas et surtout les hippies cultivaient la douceur et la non violence. La tolérance aussi était une valeur fondamentale. Je doute qu’ils auraient apprécié le côté très martial du rap. Et les violences de tous ordres que j’imagine très bien ! Faire du bruit à 3heures du matin alors que d’autres essaient de dormir est une forme de violence ! il faut l’avoir subi pour le réaliser.

Je précise que je ne soutiens pas non plus le discours étroit des gens du crû. Mais ce sont bien deux formes d’étroitesse d’esprit et d’intolérance qui s’affrontent. Deux « bêtises » pourrait t’on dire !

Il faut vraiment être un bobo parisien (pardon Daniel !)pour ne pas comprendre que c’est effectivement un problème de faire cohabiter des gens qui vivent du travail des autres (exactement comme les patrons exploiteurs finalement mais évidemment en beaucoup moins riches) et des gens qui se lèvent tôt le matin...

Lorsqu’on veut être libre il faut aller jusqu’au bout. C’est très bien la musique, les expos, les concerts etc... mais toutes ces personnes vivent au crochet de ces pauv’cons qui vont travailler tous les matins et qui subissent incivilités et mépris de la part de ces « révolutionnaires »

Personnellement je trouve très malsain (et c’est sans doute voulu d’ailleurs) cette France coupée en deux entre ceux qui bossent trop et ceux qui ne bossent pas. Et parmi ceux qui ne bossent pas, ceux qui voudraient bosser et qui souffrent beaucoup, et ceux qui n’ont pas envie de bosser tout simplement parce que ... « le travail ça fatigue c’est bien connu ».

Il est démago de dire que c’est grâce à eux que les écoles rouvrent !! Les écoles rouvrent grâce aux impôts de ceux qui en paient. Et c’est un service rendu à la population quelle qu’elle soit. Ils n’ont pas fait des enfants pour sauver le village de Sumène si ?

Il est certain que cette génération a grandi dans une aisance matérielle beaucoup plus importante que la génération précédente et en plus avec la liberté sans contrepartie. Alors que la génération précédente connaissait le prix de la liberté (oui je sais ça fait vieux con mais je le dis quand même !). Etant donné la crise actuelle...ils tombent de très haut...

Je reconnais que la situation est vraiment déprimante pour des jeunes qui arrivent dans un monde où tout s’effondre. Vraiment... mais il faut se retrousser les manches tous ensemble et voir comment sortir de ce bourbier.

Je ne vois qu’une solution pour éviter la guerre civile à plus ou moins brève échéance : le revenu de base (d’ailleurs, qu’attendez-vous pour faire un sujet là-dessus !!!?) et un vrai partage du travail. Et ne pas vouloir à tout prix rebâtir des industries pour continuer à fabriquer des trucs qui servent à rien et qu’on ne saura pas où jeter ! penser plutôt à des travaux pour le bonheur des gens ! Le revenu de base détendra tout le monde et chacun pourra apporter sa pierre telle qu’il l’entend à l’édifice d’une société plus juste et plus intelligente. et par pitié arrêtons de voir d’un côté les gentils jeunes marginaux et fêtards et de l’autre ces cons réacs de villageois ! c’est ce grne de vue démago qui fait le lit du FN !


le 2 décembre 2012 - 11h40

Infiltrations policières de l’autre coté des barricades. Certains éléments des forces de l’ordre auraient-ils des velléités de défendre la protection de cette zone bocagère (et non moins bucolique), contre le bétonnage privatisé ? Hélas non, il ne s’agissait que de provocation.


le 1er décembre 2012 - 19h32, par Matthias Sauvergeat

J’ai vu avec Marine Le Pen : ça l’arrangerait (lui suffirait )de faire 2% aux prochaines élections (comme Laguiller par exemple).

Elle a rajouté : mais il y aura toujours des "andouilles" pour voter pour moi malheureusement je suis obligé de jouer le jeu et à la fille à son père...


le 1er décembre 2012 - 15h13, par ED

je vis loin de ces nazillons frustrés et dégénérés reclus dans leur chateau. Je suis fier de ne PAS vivre au pays ! Je donne ma place à un autre rabas, bon courage !


le 1er décembre 2012 - 12h26

Ne vous trompez pas de cible ni les anciens, ni les néos, les Cévennes ont une histoire, un patrimoine riche et le vrai ennemi est le capitalisme qui sépare les hommes ! Cette économie qui nous asservit.

Hors mi ces pseudos anarchistes ou de l’autre coté fachistes avec leurs idées fermés tout le monde à sa place sur ces terres.

Tout le monde veux la même chose, simplement le droit de vivre dignement, où et comme ils l’entendent.

Arrêtons de nous mépriser et de se méfier des uns, des autres.

Essayons d’ouvrir nos esprits et de créer cette ouverture par chez nous. Tout est là dans nos Cévennes pour vire des jours heureux, travaillons tous à cela, dans le respect de l’autre et dans l’écoute de soit !!!!!

Il fut un temps ou les Cévennes étaient une terre de résistance, à l’oppression, ou les gens se sont battus pour défendre leur liberté de penser (guerre de religion, seconde guerre mondiale).

La diversité est une chance, à nous de la protégée. A bon entendeur....  ; )


le 30 novembre 2012 - 21h17, par pepe

Je suis pas déçu mais je trouve quand même que vous les laissez trop faire la promo de leurs idées, mais en omettant les morceaux les plus croustillants de leurs discours et aussi, ce qui relève du fait divers et du pénal : les agressions physiques, dont certaines graves, de plusieurs dizaines de sumenois par une véritable milice armée et organisée par certains des intervenants et des membres du FN local(arrivés sur Sumène depuis 5 ans). Je trouve que la parole aurait du être donnée aux mineurs de moins de 15 ans, recrutés parmi les collégiens du coin et quils envoient harceler les habitants, afin de montrer ce qui se cache à peine sous ce masque de respectabilité. Je trouve que de refuser d’évoquer ces faits ( pour ne pas envenimer le débat ? position officielle du PS sumenois), c’est ne pas mettre face à leurs reponsabilités des gens qui sont en passe de devenir des criminels, avant que d’être les braves salariés à bout de nerfs qu’ils prétendent. Leurs tactiques perpétuent les pires exemples, ceux d’Aube dorée en Grèce ou tout simplement, les méthodologies des bonnes vieilles Sections d’Assaut hitlériennes. Alors le gôté "gentil" de l’émission, moi je le trouve presque déplacé (à l’exception de la conclusion de l’interview des Roudier, parce que sans ça, là j’aurais laissé un message salé sur le répondeur). C’est toujours mieux que le reportage limite scandaleux en ligne sur le site du "Monde"... Allez, No pasaran !

archives "non-officielles" de l' émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis" diffusée sur France Inter

Accueil | Podcast | Plan du site | Autres sites | Contact  | Admin |
 © Copyleft 2004 site réalisé par Franck avec SPIP, hébergé et soutenu par Abeille Informatique