Accueil - 2011-12 - émissions de Novembre
Leur grande trouille - entretien avec François Ruffin
Le jeudi 3 novembre 2011


Entretien avec François Ruffin à l’occasion de la sortie de son ouvrage : "Leur grande trouille - journal intime de mes pulsions protectionnistes" aux éditions Les Liens qui Libèrent.


Livre :
-  Leur grande trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes", de François Ruffin (Les liens qui libèrent, 2011)




Utilisez ce formulaire pour laisser vos messages
S'ils retiennent l'attention de l'équipe, ils seront publiés ici
 
Titre :
Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ecouter en mp3
grâce au player Flash de JeroenwiJering.com

Ecouter en ogg OU en real audio

Télécharger en Mp3, Ogg ou Real
Podcaster cette émission seulement
ou

ou en utilisant l'adresse du podcast :
www.la-bas.org/podcast.php3
pour recevoir toutes les futures émissions


Vos émissions préférées de ce thème

TAFTA Dracula !

De la croissance, des millions d’emplois, des bénéfices pour tous, voilà ce que nous apporte le Traité de Libre-Échange Transatlantique. Mais une opposition se (...)

diffusée le 23 avril 2014

La décennie - le cauchemar des années 1980 (4)

La « nouvelle gauche » devient « moderne ». En clair, elle reprend les idées de « la vieille droite ». Impensable ? Peut-être, mais pas autant que le projet de la « (...)

diffusée le 17 avril 2014


La décennie - le cauchemar des années 1980 (3) : 1984-1985

La « rigueur » ? Une phase de transition. L’« austérité » ? Une parenthèse. La « crise » ? Une aubaine. Car le monde mue. Il délaisse ses vieux repères, usés. La « (...)

diffusée le 16 avril 2014


Lister les 97 émissions de la série

Vos réactions à cette émission

Cliquez ici pour laisser un message

le 4 août 2013 - 00h13, par L’indépendant

Je trouve atterrants certains commentaires publiés ici. Il y en a qui souffrent vraiment d’aveuglement. Il est évident que le libre-échangisme mondial, par la concurrence étrangère et les délocalisations d’entreprises qu’il entraîne, détruit notre économie et nos emplois. Cette politique a largement prouvé sa nocivité et ses échecs. Une économie forte est une économie diversifiée et non pas spécialisée et ce sont justement les pays qui protègent leurs intérêts vitaux, qui s’en sortent le mieux et ont un taux de chômage plus faible que les autres. Quant aux communistes internationalistes qui veulent donner des leçons ici, ils sont mal placés en la matière quand on sait ce qu’a provoqué leur idéologie destructrice (dictature, ruine et misère).


le 14 août 2012 - 16h48, par Pascale

Je n’ai pas lu ce livre mais je viens de finir "la guerre des classes" de François Ruffin. Je le conseille à tous les AMG. Il est formidable. L’élection présidentielle, cette année, encore plus que d’habitude m’a révoltée. Votre Hollande au 2nd tour pour battre Sarkozy (et peut-être surtout aller sur les marchés pour le Front de Gauche pour appeler à battre Sarko et donc à voter Hollande) m’a semblé bizarre. Le jour de la victoire du candidat pour lequel j’avais voté, je n’ai pas ressenti de joie. Je suis allée avec le Front de Gauche dans le centre d’Avignon. Nous voulions montrer que nous avions participé à cette victoire. Et, pour moi, cela ressemblait à une manifestation. Du reste, les socialistes fêtait leur victoire dans une salle entre eux ; du vin et quelques pizzas était servi à l’extérieur aux sympathisants. Pour les législatives, j’ai voté au 1er tour, pas au 2nd. Ensuite, je me suis interrogée sur cette démocratie (il serait grand temps). J’ai lu le livre d’Hervé Kempf (l’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie) et celui de François Ruffin qui m’a plus touchée. Il est documenté, vivant, facile à lire, génial ! Et je me suis rendue compte de la dose d’aveuglement (ou d’autopersuasion* : le PS, c’est la gauche et la gauche est toujours plus sociale que la droite même si ce n’est pas toujours flagrant...) qu’il m’a fallu pour voter socialiste durant toutes ces années (j’ai 40 ans et je n’ai pas voté pour Jospin en 2002).


le 14 avril 2012 - 20h08, par bikemimi

Ruffin est de quel bord ? Libertaire ? s’il a créé Fakir.....


le 3 janvier 2012 - 13h04, par LEROUX

je viens de finir "leur grande trouille" et tiens à remercier françois RUFFIN, de mettre par écrit ce que je pense depuis TOUJOURS. La première fois que je pu votais s’était pour le traité de Maastrich et je votais contre. J’avais 20 ans et comme seul et unique phare de pensé un livre, un livre que je relis sans cesse depuis la seconde, depuis qu’une professeur de français (certaineemnt de la ligue)m’avait dit Victor Hugo... c’est un réactionnaire ! Ce livre c’est les châtiments", on y trouve tous ce qui peut élever l’âme et donner l’esprit de résistance.Merci donc pour votre travail, à vous M. RUFFIN, ainsi qu’à toute l’équipe de là-bas

Jérôme LEROUX


le 2 janvier 2012 - 21h42, par Mr Diaz Pierre

Pouvez-vous me dire si le livre de François Ruffin est édité en Italien et ou peut-on se le procurer.

Merci


le 2 décembre 2011 - 00h06, par Michèle

J’ai lu "Leur grande trouille" avec délectation. C’est bien écrit, dans un langage simple mais vif. Excellent.

Une des solutions pour arrêter les délocalisations et la désindustrialisation de la France est, bien sûr, l’adoption de mesures protectionnistes et cela est bien démontré dans ce livre. Le M’PEP ( mouvement politique d’éducation populaire) préconise aussi des mesures protectionnistes universalistes et j’ai été étonnée que F. Ruffin ne cite pas ce mouvement, bien que le nom de son porte-parole , Jacques Nikonoff, soit cité à deux reprises pages 214 et 217. Allez sur le site du M’PEP vous y trouverez d’excellents textes sur le libre-échange et le protectionnisme : www.m-pep.org


le 22 novembre 2011 - 18h12, par Igor

Salut les AMG ! J’ai résumé l’émission ici : http://www.igor-maquet.fr/blog/ ?p=259


le 13 novembre 2011 - 08h29, par Malika Bekhti

Bonjour à tous, J’ai bien écouté F.Ruffin développer et défendre l’idée du protectionnisme. J’ai bien compris et admet cette nécessité. Tout comme Lordon (au plateau des glières),Halimi etc,le journal Fakir est bien engagé dans cette bataille et l’idée progresse visiblement. F.Ruffin tente de nous amener à voter PS (par pure stratégie, je le comprends bien) et forcer les politiques "le couteau sous la gorge", c’est lui qui le dit, à suivre les exigences du peuple. Et c’est bien là où le bât blesse pour moi.Comment voter PS alors que ce parti (en dehors de Montebourg mais qui soutient désormais Hollande)est à mille lieux de nous, nous ne parlons pas le même langage,plus rien à voir. Bien sûr, nous aurions bien le front de gauche mais nous savons aussi qu’à coup sûr ce parti sera à la remorque du PS. Qu’allons-nous obtenir à la fin ? des cacahuètes et encore ! Je n’ai pas la solution pour renverser l’échiquier, mais les propositions de F Ruffin aussi bien argumentées soient-elles ne me satisfont pas assez pour m’amener jusqu’aux urnes voter PS.Je ne voterai pas en 2012, ferai partie de cette "fange" qui va se faire "massacrer" encore une fois verbalement,mais tant pis, j’en prends le risque. Malika Bekhti


le 8 novembre 2011 - 23h34, par krisad06

Merci François pour avoir démystifié le "protectionnisme" au sens noble.

Je dis souvent à mes collègues syndicalistes que je préfère payer un lecteur DVD 200 euros (au lieu de 30) et permettre à mes enfants d’espérer autre chose qu’une "carrière" à Pôle Emploi.

Je pense qu’il y a plus important que les produits chinois à bas coût. La dignité que nous apporte le travail doit être un "droit inaliénable".

Le sur-endettement des ménages est une conséquence de cette boulimie de consommation de ménage dont les ressources s’amenuisent. Le sur-endettement des entreprises est une conséquence du siphon nage de leurs fonds propres par les actionnaires.

La dette publique est une des résultantes du chômage de masse et d’une inégalité de répartition des revenus. Ces mêmes nantis qui "investissent" leurs revenus toujours moins imposable dans des bons du trésor français qui grossissent un peu plus cette dette. Soit 1400 milliards d’intérêts versés à ces nantis depuis 1974 sur les 1640 milliards que compte la dette publique.

Face à ce racket organisé, je souhaiterai que le mot "souveraineté" soit aussi démystifié. Car quoi penser d’un pays privé de souveraineté industrielle, fiscale et monétaire... hormis qu’il n’a plus d’avenir.

J’espère vous voir bientôt sur Toulon pour discuter de tout cela.

Fakirement votre.

[Les rentiers ont leur capital pour vivre, nous, nous n’avons que notre travail...]


le 8 novembre 2011 - 20h31, par Lorenzo

J’ai beaucoup d’admiration pour les combats de F. ruffin mais je trouve que lui non plus ne va pas au bout de ses arguments. L’UE n’est que brièvement évoquée dans le reportage alors qu’elle devrait être au centre des débats, elle a été conçue pour retirer le pouvoir aux peuples, on nous répète à tout va que sortir de l’UE c’est être raciste arriéré etc... Mr Ruffin doit savoir que l’UE a été créée pour permettre le libre échange, le protectionnisme ne peut exister en son sein car il faudrait changer les textes de loi et obtenir l’accord de tous les autres pays membres de l’UE. ci-joint une excellente vidéo expliquant brillamment les impasses de l’UE : http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/les-12-impasses-de-leurope Je me demande aussi comme le commentaire précédent : quant est ce que la gauche nous parlera des vrais problèmes ?


le 8 novembre 2011 - 10h46, par gauchedisparue

François Ruffin a le mérite de ramener le combat de la gauche vers les réalités concrètes de l’économie vécue. Et il n’hésite pas à proposer des outils directement utilisables, comme le protectionnisme.

Au contraire la gauche actuelle a tendance à s’évader vers des débats idéologiques : antiracisme, féminisme, droits des homos, achats individuels équitables... Grandes et belles idées mais qui ne s’attaquent pas au problème principal.

Pourquoi la gauche manque-t-elle son but ? François Ruffin répond par la sociologie : les chefs de la gauche sont des intellectuels ( profs, cadres, hauts fonctionnaires) qui ne sont pas touchés par les évolutions en cours.

Ces intellectuels restent façonnés par le marxisme qui vise à un Grand Soir international et qui méprise toutes les demi-mesures.

On peut ajouter que la gauche a tendance à voir dans la nation une aliénation destinée à disparaitre, et non le cadre protecteur de la société, le biotope de la démocratie.


le 7 novembre 2011 - 21h28, par Matthias

Déjà s’il y avait une cohérence économique au sein de l’union européenne on pourrait parler de relocalisation de l’économie.

Que chaque pôle économique (Chine, Inde, Etats-Unis, Europe, Russie,... soit auto-suffisant ce qui est le contraire de la concurrence mondialisée.

Le but de l’économie est de satisfaire les besoins, de faire vivre sa population et non pas de se faire la guerre !..


le 7 novembre 2011 - 16h43, par Tof

Programmation musicale :

-  Marc Yvan : "Propaganda"

-  Ghislain Poirier : "Plus gros qu’énorme"


le 7 novembre 2011 - 15h28, par Bayrem

Je ne suis pas sûr que Marx et Engels se soient trompés, François. Au contraire, dire cela c’est faire l’économie de toutes les révoltes et révolutions qui ont sillonné le siècle dernier et le début de celui là. Du front populaire à la dernière révolte tunisienne, tous ces évènements sont des conséquences directement reliés au libre échange. Les tunisiens sont sortis parce qu’ils avaient faim, les chinois suivent le même chemin. Après, la limite du raisonnement de Marx/Engels est effectivement, le "après" ? Qu’est-ce qu’on fait après ? Et là, le protectionnisme peut intervenir ... Amitiés, PS : Vive le Fakir !


le 5 novembre 2011 - 19h59, par Alifib

Salut ! Bonne émission. J’ai été surprise au début par les précautions de langage prises aussi bien par Daniel que François. Il me semblait que le protectionnisme économique était clair en soi, qu’il n’avait pas besoin de "désintox". Mais quoi que... J’ai repensé à un vague bouquin que Parisot, big chief du MEDEF vient de publier contre Marine LE PEN. Je m’étais étonnée de l’exercice, j’en cherchais le vrai but. L’explication se trouve dans sa position franchouillarde cradingue, à ne pas confondre avec le protectionnisme comme mesure technique envisageable. Et ça dit aussi que le medef croit possible ou craint une présence du FN au 2ème tour en mai. Je me souviens très bien des années 80 où la crise frappait déjà et des campagnes "achetez français", du drapeau tricolore sur les produits etc ... Ca prenait un peu face aux produits manufacturés à Taïwan et au Japon à l’époque. Jusqu’au jour où on a su que Renault avait des usines à l’étranger ou des fournisseurs. Donc ceux qui se targaient de produire bleu blanc rouge et nous intimaient d’acheter leur produit jouaient double jeu. Normal dans la logique patronale du "toujours plus pour ma gueule". Je ne suis pas contre la pratique du protectionnisme économique et les usa ou la chine ne se privent pas pour taxer nos produits fortement à la frontière. Puisque la grande guerre nouvelle est économique, au point que la Chine croissante prêterait des fonds à ceux qui achètent leurs produits, soit les européens (ça devient fou mais c’est ainsi), hé bien protégeons nos marchés aussi. On nous rebat les oreilles avec les 35h couteuses pour l’état, les 5 semaines de vacances etc ... mais au classement mondial de la productivité, on trouve 1 les usa, 2 la France, 3 l’Allemagne (qui n’a donc rien à nous imposer de flexible ou autre). La Grèce est bien placée aussi. Oui les français, vous bossez trop bien et c’est bien pour ça qu’on vous tond ! Jusqu’aux maladies professionnelles ou le suicide.

Que faire, répètes tu Daniel ? La politique nationale s’inscrivant dans la mondialisation discutée au FMI, à la BCE et au G20, c’est à dire 3 pôles non démocratiques, je préconise l’engagement syndical. Les centrales sont ce qu’elles sont mais sur le terrain, ce sont les employés qui priment dans la décision. Se syndiquer comme le font toutes les corporations professionnelles, les cadres etc ... même le patronnat pourtant puissant est syndiqué de partout. Je ne comprends pas la logique d’employés refusant une carte. Il s’agit, plus que d’opinions politiques, de protéger ses droits et éventuellement gratter quelque chose en plus des conventions collectives.

C’est l’intérêt de chacun de se protéger. On n’en est plus hélas, aux avancées sociales mais à faire barrage à la débacle du système professionnel et social. Et c’est à la portée de chacun !!!


le 5 novembre 2011 - 17h48, par Commandant BOD

Très bon reportage


le 5 novembre 2011 - 16h47, par Agnès

Salut, Remarquable, ce François Ruffin : il a mis l’accent sur un semtiment encré en moi depuis de années et qui ne sortait pas. Une fois de plus cette émission , avec son humour et ses musiques venues de mars, a le don bien particlier de tenir en haleine jusqu’au bout et dans le même temps de mettre un peu le moral en pièces. Merci cependant, car j’en reprends une louche dès que je peux (un peu maso ? oouuuaaaaaais !) Agnès


le 5 novembre 2011 - 12h07, par rodriguez gilbert

Très bonne émission !

Belle résistance idéologique contre la pensée unique qui désigne le protectionnisme comme une absurdité, un archaïsme, un repli nationaliste ... and so on

Mais cela bat en brèche aussi les idées dominantes jusque dans la gauche de gauche tétanisée devant les accusations d’absence de modernité !

Une manière en fait de se soumettre aux idées dominantes qui balisent ce qu’il est autorisé de penser et de proposer.

Le débat introduit par le périmètre du protectionisme (O. Todd, J. Sapir) revient aussi -à mon sens- à placer le débat sur la légitimité du protectionnisme sous contrôle des idées dominantes et les limites qu’elles autorisent (aux yeux des classes dominantes bien sûr).

Le protectionnisme ne saurait être prôné qu’au niveau européen. Toute approche qui prônerait un protectionnisme au niveau d’un ou de plusieurs états devrait être écartée ! Pourquoi ?

Dans son entretien avec Daniel, Ruffin ouvre d’une certaine manière aussi une autre perspective en faisant référence à ce qui s’est passé dans les pays arabes : les Tunisiens n’ont pas attendu que tout le Magreb et l’Egypte soient prêts à se lancer avant d’y aller eux-mêmes.

C’est leur engagement unilatéral initial qui a créé une dynamique plus large dans laquelle d’autres peuples se sont engouffrés mis en confiance par les succès d’un autre peuple.

A mon sens pour ce qui nous concerne il ne faut donc pas écarter des décisions unilatérales au niveau de la France (ou d’autres pays composant l’Europe) parce que à l’expérience et pour des raisons qui tiennent au verrouillage des institutions européennes il n’y a pas d’autre voie pour une gauche déterminée à appliquer une véritable politique en faveur des travailleurs et du peuple que de mettre réellement en question (et donc de briser avec) la concurrence libre et non faussée, la domination des marchés financiers, la soumission à la privatisation de fait de la fonction monétaire.

Et donc avec les diktats qui ne manqueront pas si nous nous engagions dans une telle voie.

Attendre un accord des 27 en vue d’une politique de sortie de la domination capitaliste c’est effectivement un peu comme le passage du chameau par le trou d’une aiguille évoqué par Jésus (il paraît) dans l’Évangile selon saint Matthieu !

Bon courage et bonne suite pour ce que vous faites :)

Gilbert Rodriguez


le 4 novembre 2011 - 18h36, par Pulsar

Fakir serait-il coupable d’objctivité ? Voila qu’il va falloir expliquer maintenant la nuance entre être apolitique (c’est un choix) et politisé (ce qui s’impose vu la réelle nécessité d’ une gestion nationale).

Dans les dictionnaires, apolitique et politisé sont mis en opposition. Cela interdirait-il de mettre ces termes en nuance ?

La séance de désenfumage du mot protectionnisme était trés agréable. L’ idée éclairante de traiter le protectionnisme comme un outil parmis d’autres permet de comprendre que la clé de voute pour sortir de l’idée reçue est de percevoir ce protectionnisme comme un détail et non un tout.

Merci pour cette émission.


le 4 novembre 2011 - 15h06, par tonia

Et une élection présidentielle c’est pas du protectionisme ? Et l’identité nationale c’est pas du protectionisme ? Et ..... La force des uns est proportionnelle à la trouille des autres.


le 4 novembre 2011 - 14h47, par BORREDON Sylvie

Bravo ! Super Ruffin ! A propos du protectionnisme, pour moi la PAC politique agricole commune créée début années 60 est un "instrument caché" du protectionnisme en subventionnant "à tour de bras" les exportations de nos produits agricoles... Instrument protectionniste mis en place et entretenu par ceux qui préconisent le libre échange ! Chercher l’erreur. Il y aurait bcq à dire sur ces questions agricoles... Merci à vous !

Sylvie B. Sylvie Borredon


le 4 novembre 2011 - 10h29, par Nico

Avant, je crois que l’on pouvait lire sur la première page de Fakir : "Fakir ne soutient aucun parti politique, aucun syndicat..." Aujourd’hui, Fakir devrait avoir l’honnêteté d’écrire : "Fakir soutient le front de gauche !" Monsieur Ruffin, vous avez le droit de présenter votre livre, là n’est pas la question, mais dire les choses clairement serait préférable que de faire comme si vous étiez resté indépendant.A partir du moment ou vous avez CHOISI de suivre un parti politique quel qu’il soit, vous perdez toute votre crédibilité.


le 4 novembre 2011 - 00h08, par Caleb Irri

Bonjour,

Le problème du protectionnisme est qu’il protège bien ceux qui ont recours à cette "technique", pour peu qu’ils ne soient pas nombreux à l’utiliser, et surtout... Qu’ils soient les plus forts. Car pour imposer des barrières douanières aux autres il faut avoir ce qu’il faut chez soi pour être en mesure de contrer le protectionnisme des autres...

Le libre-échange, lui, est la loi du plus riche quand le protectionnisme est la loi du plus fort. quand les pays les plus puissants de la planète ne sont plus les plus riches, ils veulent utiliser la force, et c’est là que se trompe monsieur Ruffin : on a très bien entendu monsieur Sarkozy, lors de son "show" télévisé, parler de "barrières douanières" à propos de l’Europe. Et c’est bien là tout l’intérêt du coup d’état mené contre l’Europe ces derniers temps ( http://calebirri.unblog.fr/2011/10/... ) : avec un empire grand comme l’Europe le protectionnisme redevient rentable...

Mais quand comprendra-t-on que protectionnisme et libre-échange sont les deux faces d’un même système, le capitalisme ?

j’aimerai bien que monsieur Ruffin réponde clairement à la question suivante : une fois les produits chinois (ou autres c’est pour l’exemple)taxés aux frontières de l’Europe, que deviendront les Chinois qui, même misérablement et dans des conditions de vie inacceptables, gagnent leur vie en travaillant pour presque rien, et qui seulement aujourd’hui commençaient à envisager des améliorations dans leurs conditions de travail et de rémunération ?

ce n’est pas de technique économique qu’il faut changer, mais le système lui-même : le capitalisme est un système injuste, de quelque côté qu’on le prenne.

http://calebirri.unblog.fr/2011/09/...


le 3 novembre 2011 - 21h57, par Fred

Lamentable Ruffin et tous les autres protectionnistes "de gauche"... La différence entre Marx et Ruffin, c’est que Marx est un révolutionnaire.

La conclusion de Marx "C’est seulement dans ce sens révolutionnaire, Messieurs, que je vote en faveur du libre-échange", Ruffin et Mermet ne l’ont pas comprise. Marx n’est pas pour la politique du pire, il est révolutionnaire : Il ne compte pas se mêler de la politique des gouvernements qui auraient à choisir entre le protectionnisme et le libre-échange !!!! Marx cherche à comprendre le développement historique du capitalisme et d’armer les travailleurs pour abattre ce système et les états qui le maintiennent, par la révolution.

Au contraire Ruffin aimerait qu’un truc comme le Front de Gauche prenne le pouvoir par les urnes pour mettre en place une politique protectionniste, mais certainement pas pour en finir avec le capitalisme.

Marx n’a cessé de se battre contre ces illusions réformistes, manifestement le combat reste à mener... Lisez Marx plutôt que Ruffin.


le 3 novembre 2011 - 18h51, par Panxoa

le 3 novembre 2011 - 18h45, par Nicolas Gautreau

Un petit lien pour François ( bien qu’il doit connaître !),...http://fr.liberpedia.org/Protectionnisme moi j’ai failli faire du vomi ! <<<<<<


le 3 novembre 2011 - 17h15, par Durito.

et son port, parmi les plus grands des E ;U. est occupé par des dizaines de miliers de personnes, cela n’était plus arrivé depuis 1946 !!!

vidéo sur démocracy now.org

http://www.democracynow.org/2011/11/3/video_report_from_streets_of_oakland

archives "non-officielles" de l' émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis" diffusée sur France Inter

Accueil | Podcast | Plan du site | Autres sites | Contact  | Admin |
 © Copyleft 2004 site réalisé par Franck avec SPIP, hébergé et soutenu par Abeille Informatique