Accueil - 2009-10 - émissions de Juin
L’enjeu des retraites, avec Bernard Friot
Le mercredi 23 juin 2010


"L’enjeu central des retraites est l’émancipation du travail de la valeur travail." B. Friot
A la veille de la manifestation de ce jeudi 24 juin, cours magistral avec Bernard Friot, sociologue, économiste et auteur de "L’enjeu des retraites".


Meeting sur les retraites
Bernard Friot sera demain jeudi 24 à un meeting sur les retraites à Poissy, avec Christiane Marty d’Attac et Willy Pelletier de la fondation Copernic
A partir de 20h, à Poissy, au complexe Marcel Cerdan 129, avenue de la Maladrerie
Sortir des crises, une utopie ? Rencontre et débat avec Susan George, présidente d’honneur d’Attac, à propos de son dernier ouvrage, « Leurs crises, nos solutions »
Ce sera également ce jeudi 24 juin à 19h15 à la Mairie du 2e, 8 rue de la Banque, M° Bourse


"L’enjeu des retraites", de Bernard Friot (La Dispute - 25 mars 2010)


Programmation musicale
-  Brigitte Fontaine : Prohibition




Utilisez ce formulaire pour laisser vos messages
S'ils retiennent l'attention de l'équipe, ils seront publiés ici
 
Titre :
Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ecouter en mp3
grâce au player Flash de JeroenwiJering.com

Ecouter en ogg OU en real audio

Télécharger en Mp3, Ogg ou Real
Podcaster cette émission seulement
ou

ou en utilisant l'adresse du podcast :
www.la-bas.org/podcast.php3
pour recevoir toutes les futures émissions

Vos réactions à cette émission

Cliquez ici pour laisser un message

le 22 juin 2012 - 00h09, par Marc

Je vous remercie pour cet article

Les éthylotests obligatoires en france : amb-ethylotest.fr - ce lien


le 6 juin 2012 - 12h20, par letiti04

Sinon pour celles et ceux qui s’intéresse à la chose économique, un livre qui reste d’actualité est celui de Jacques DUBOIN - La Grande Relève qui est aussi un mensuel faite par l’association pour l’économie distributive, si ce n’est l’oubli de l’écologie mais à cette époque...

Pourquoi j’en parle ici, parce que si je l’ai bien compris, il est envisagé comme solution à la crise de 1929, de ne prélever plus qu’une seule cotisation retraite. Ainsi pour résoudre le chomage dû au progrès technique qui exclut les bras des travailleurs mais qui produit plus de soit disant richesse, cette cotisation unique servira les retraités tandis que les autres seront au travail. Les soit disant gains de productivité allant soit disant toujours croissants grâce encore au progrès technique, il suffira de baisser l’âge de départ à la retraite.

Mais bon, la chose économique nous domine toujours parce que nous acceptons tous encore cette idée de richesse matérielle à travers le fétichisme de la marchandise, me semble-t-il. Il est vrai que la publicité et les médias dominants font tout pour cela.

l faut aussi garder à l’esprit qu’il est en train de se construire ce que J. London appelait dans "le talon de fer", une caste d’ouvriers privilégiés hyper rémunérés qui de ce fait ne pense même pas à remettre en question la marche de l’histoire du capitalisme. Il semble en conséquence qu’il est grand temps de faire revivre la lutte des classes, non pas entendu dans une adversité physique (même si eux ne se gênent pas à travers la police) mais dans l’éducation de celles et ceux qui sont déjà excluEs du jeu capitaliste ou en devenir de l’être.


le 5 juin 2012 - 21h08, par AJAS Guy

Ce n’est pas trop tard puisque j’essaie de trouver un moyen de contacter Bernard FRIOT pour poser une question : les gains de productivité sont tels que la retraite à 60 ans n’est pas un problème pour ceux qui travaillent mais pour ceux qui veulent continuer de racketter les travailleurs en leur volant le produit de leur travail (faibles salaires,exonérations fiscales,entretien du nombre de chômeurs sinon l’augmenter et autres bienfaits du capitalisme ravageur...) ; Mais sur quelles bases avancer les gains de productivités(globalement s’entend puique suivant les secteurs economiques les gains diffèrent..) quels chifrres,quelles périodes concernées,quelles statiques sur lesquelles s’appuyer ? Aurais je une réponse ?


le 27 janvier 2011 - 23h15, par thibaut seguin

J’ai depuis cette émission acheté l’enjeu des retraites. C’est un livre qui demande pas mal de concentration pour en comprendre le fond. Par contre son propos à l’oral est clair. Ne pourrait-on pas en faire un invité récurrent, ce qui nous permettrait à nous pauvres ignare de la chose économique, d’entendre souvent parler de notre condition de salarié, vu qu’il en est un éminent spécialiste ?


le 29 décembre 2010 - 16h42, par Dark Pioupiou

le 7 décembre 2010 - 23h01, par ain77

cher JPM, la sagesse préconise que la vérité a multiples facettes...et comment nier la plus évidente, à savoir que les économies à réaliser servent à justifier une régression des droits et acquis par ceux-là même qui s’en octroient unilatéralement ! Vous qui êtes friands de "faits" plus que de théories, cherchez donc dans la presse étrangère quelques ragots de journalistes dénonçant le faste de l’Elysée (à moins que ceux là aussi ne soient manipulés par d’obscures forces de gauche)... eh oui, le capitalisme déraisonné profite d’abord à ceux qui l’ont érigé comme vérité rationnelle...sans crier au complot, ce constat me suffit à me méfier de la bouillie simpliste et frelatée que nous servent les pourfendeurs de cette réforme. Critiquer les banques, et comment ? Vous les trouvez philanthropes vous, par les temps qui courent ? Utiles peut-être ? Elles valaient bien trois milliards, alors... chiche on recommence ? Et oui vous avez raison, les fonctionnaires, ces êtres pourtant a priori dotés de raison mais juste bons à gaspiller les fonds publics sont tous des strotkistes, ou des gauches caviards...hmmm dans le genre "pensée formatée" on ne trouve pas mieux .....

Une fonctionnaire qui bosse (dur) pour son pays, qui paie pas mal d’ impôts, jamais malade, mère de trois enfants, active, jeune, motivée et libre !


le 26 octobre 2010 - 11h26, par Natacha, petite enseignante-chercheuse à Rennes 1.

J’aimerais contacter Bernard Friot pour qu’il vienne faire une conf à l’université si ce n’est pas trop tard... Car pour informer et convaincre mes collègues (3000 salariés quand même !), il leur faudrait au moins un professeur émérite, "expert" dans le domaine !!! Pouvez-vous m’envoyer ses coordonnées svp ?


le 25 octobre 2010 - 16h56, par JPM

Ce site est prévu pour y écrire une réaction à propos d’une émission et non pas un forum. Je me sens obligé de répondre à deux réponses faites sur mon message précédent ! Que le régulateur me pardonne !
— -Il y a méprise = C’est pour les lecteurs qui n’ont comme moi aucune culture politique et donc pas formaté que j’ai écris ce message ! M. Nurbs et Jacques-Paul je ne sais rien de vous, mais je suis sûr que vous êtes fonctionnaires ! Vous faites aussi des raccourcis et vos arguments contre "l’actionnariat" et les "profits" sont pauvres d’argument (il faut croire que vous n’avez pas étudier profondément ces sujets, ou peut-être avec une loupe Marxiste ! ) Que dire des propos de M. Friot, entendus dans la vidéo : " Ces 50 dernières années la retraite a été assurée sans problèmes !" (faut il y a 50 ans la retraite versée était misérable, la situation s’est progressivement améliorée par l’épargne et puis la participation de l’impôts, lois : Rocard, Balladur, Fillon... et : l’emprunt !) "Qu’il n’y a pas de problèmes pour l’emploi des jeunes" ( Faux, M. Friot confond = 25% des jeunes avec 25% de jeunes en recherche d’emplois (sortant des études) 1/4 des jeunes n’a rien à voir avec 1/4 des jeunes en recherche d’emploi) "Que le taux de remplacement des salaires par la retraite est de 84% en moyenne (le privé seul c’est : 50%, tiens donc !) et que vous plastronnez que toute cette réforme prévue n’est que de la propagande gouvernementale et de Mme Parizot !

Et le PIB ! que M. Friot , à la fois se sert et dénonce, ne représente rien d’autre qu’une échelle pour mesurer une évolution par rapport à lui-même et qui ne doit pas être utilisée comme abscisses ou ordonnées sous peine d’erreurs ! Avec M. Nurbs je pourrais lui répondre plus longuement et échanger des idées critiques sur la répartition des richesses, sur les salaires injustement trop bas, sur la productivité déjà distribuée, etc.. Mais voila, je n’ai pas assez de temps et d’études !... Quant à M. Jacques-Paul, où sont les autres théoricien de l’économie qui partagent les idées de votre champion ? Quand M. Mermet fera-t-il une émission contradictoire ? Pendant ce temps des gens manifestent et des troubles graves sont possible ! Et M. Friot et ses adeptes, dispersent un espoir peut-être basé sur une pensée fausse et condamnable, ou au mieux inapplicable... Je vous remercie de m’avoir lu. JPM


le 23 octobre 2010 - 17h29, par pamina

qui pourrait nous faire des chansons comme celles du temps de Raffarin pour rididuliser Naboleon et sa bande de maffieux.A ecouter sur rue 89,rubrique "RETRAITE" la salsa du fillon


le 22 octobre 2010 - 17h57, par Babylone

Dans sa forme actuelle, la réforme des retraites vise d’abord et avant tout à satisfaire les marchés ; plus précisément, il s’agit de sauvegarder à tout prix la note "triple A" accordée à la France par les agences de notation.

A cet égard, une question tout sauf innocente : les agences de notation qui notent les Etats sont-elles les mêmes qui évaluent les grandes banques ? Le cas échéant, que valent leurs "recommandations", puisque la récente crise a démontré leur totale incapacité à évaluer les grandes banques ? Allons plus loin : ne faudrait-il pas lancer des actions collectives devant les bureaux feutrés de ces agences de notation ?


le 21 octobre 2010 - 21h41, par Nurbs

Cher JPM, vous portez la contradiction est une chose difficile ici, néanmoins je vais tenter de le faire. Même si Bernard Friot est clairement de "gauche" ( est-ce un défaut ? ), sa lecture des entités économiques n’en est pas moins intéressantes. Niez que le système monétaire fractionel non adossé est une aberration aujourd’hui ( dans 10 ans tout le monde dira, émission monétaire sans garantie ? Vous rigolez ? ), pourtant c’est ce que vous faite en utilisant des arguments tel que "Prenez votre bulletin de salaire et regardez les taux de prélèvement (Patronale et Salariale) et les sommes correspondantes que vous multipliez par douze. Avec ce résultat vous pouvez voir qu’il faudrait le multiplier par X ? pour faire un revenu digne pour un retraité, et il a quinze million de retraité en France à présent ! Faites travailler votre imagination pour mieux connaitre la vérité !" en faisant un raccourci grossier entre PO,Dette et mécanisme de répartition. L’imagination n’est d’aucun recours avant de comprendre les mécanismes en jeu, ne brulez pas les étapes.


le 21 octobre 2010 - 17h48, par Jacques-Paul

Juste pour repondre a JPM. J’ai eu Bernard Friot en tant que professeur, il y a 10 ans environ,et je peux vous dire que c’est l’un des meilleurs professeur que j’ai eu, non pas parceque j’ai des idees proches des siennes, mais plus sur la maniere dont il est capable d’expliquer, d’argumenter et illustrer ses idees qui peuvent etre discutable pour certaines mais qui en generale sont tres fondÉes et tres vrai. Ce que je vous conseille avant d’avancer des arguments assez pauvres, est d’ecouter la demonstration de Bernard Friot jusqu’au bout et vous comprendrez bien mieux pourquoi les gens se revoltent et font greves pour eviter que le systeme des retraites pas repartition soit dÉtruit. J’espere qu’il sera sauvÉ car moi qui vit en Ecosse (Grande-Bretagne) je peux vous dire que voir des personnes agÉes de 65 -70 and travailler en tant que caissier(e) au supermarche du coin(car ils recoivent une retraite de misere voir rien du tout) n’est pas tres jolie a voir dans un pays qui se dit developpÉ. L’equation est simple (appauvrir les riches pour creer une societe juste) et Marx avait deja tout vu quand a la pression sur les salaires a la baisse et le patronat (actionnaires maintenant) qui cherche toujours a augmenter sa part dans la valeur ajoutÉe. Jacques-Paul


le 21 octobre 2010 - 16h47, par JPM

J’ai essayé d’écouter la vidéo de l’émission, au bout d’un quart d’heure j’ai arrêté n’en pouvant plus ! Puis je lis les commentaires des auditeurs et là je suis surpris de la naïveté qui est écrite ! Comment ne pas se rendre compte que ce monsieur fait une propagande "Trotskiste", et qui n’en fait mystère, bien sûr il caresse langoureusement dans le sens du poil (pour les anti-réformistes), d’où son succès auprès "du peuple de gauche" ! Le complot : des banques, la finance, le patronat, le gouvernement et surtout Sarkozy, la panoplie complète... Prenons un exemple : M. Friot dit que pour l’assurance vieillesse tout s’est bien déroulé pendant ces quarante dernières années ! Il oubli les plans : Rocard, Balladur et Fillon et aussi l’impôt qui est venu massivement secourir les déficits ! Je rappelle ici que la condition des retraités en 1960 était misérable ! Non messieurs ce n’est pas un complot, dans le cas contraire, il faudrait que la COR fasse aussi partie des comploteurs ? M. Friot a raison, peut-être, de dire que les pensions sont issues du travail, oui mais de quelqu’uns d’autres ! Il propose une société autre que celle du "Capitalisme" pourquoi-pas, mais il reste dans sa "bulle" il refuse, il me semble, un regard, non pas fataliste mais pragmatique... Ses théories sur le monde du travail, que je ne comprend pas ( trop compliquées pour moi) lui servent pour imaginer son environnement idéal et c’est à partir de ce "rêve" qu’il projète dans le passé ses théories ! Et comme clou de sa démonstration le refus des réformes sur la retraite d’où qu’elles viennent ! Et c’est très grave ! Je demande à tous ceux qui lisent ces lignes de faire une petite opération : Prenez votre bulletin de salaire et regardez les taux de prélèvement (Patronale et Salariale) et les sommes correspondantes que vous multipliez par douze. Avec ce résultat vous pouvez voir qu’il faudrait le multiplier par X ? pour faire un revenu digne pour un retraité, et il a quinze million de retraité en France à présent ! Faites travailler votre imagination pour mieux connaitre la vérité ! JPM


le 20 octobre 2010 - 21h16, par mohamed saifi

salut à tous je suis mohamed un auditeur,vous etes surement au courant du lien ci dessous ? je reve que vous fassiez une émission sur guillaume Sarkozy salutations

http://www.politis.fr/Sevriena-l-entreprise-sarkozyste,11865.html


le 8 octobre 2010 - 18h51

Dieu qu’elle est phénoménale, la terreur d’être taxé de théoritien du complot ! Au point ou certains préférent se couvrir de ridicul, plutôt que de courir ce risque, parfois imaginaitre. En l’occurence, l’intervenant de ce jours évoque le complot de lui même, alors que rien ne l’y oblige, alors même que ce mot n’a rien à faire dans le sujet qui nous préoccupe.

Il a tenu absolument à préciser , avec iinsistance, qu’il n’ya là aucun complot (à ce propos, il va faloir qu’un jour nous nous métions d’accord sur la définition du complot). Tout ça est le fruit du hasard capitaliste, dit-il. Evidement, ce n’est pas le genre du patonat de réfléchire à des question comme celle de savoir comment tirer les salaire vers le bas, comment juguler les revendications salariales, comment mater les syndicats, comment contraindre les chaumeurs à accépter tous types de d’emploi, comment augmenter la part des bénéfice dans la valeur ajouté. Les patrons, comme chacun sait, ne se réunissent jamais, n’ont pas de syndicats, ne fréquentent aucun cercle, ne financent aucun "think tank", ne font aucune action de lobying auprès des partis, des gouvernements, des parlementaires... Jamais. Bref, la situation que nous vivons actuellement est un pur fruit du hasard, tout au plus d’un système qui fonctionne de lui même, une sorte de phénomène naturel, et par chance, le hasard fait bien les choses, il arange les patrons qui ne font que profiter de cette mane divine sans penser à mal. Celle-ci aurait pu tomber sur les salarier. Mais, voilà, c’est tombé sur les patrons. Une autre fois peut-être, avec un peu de chance.


le 6 octobre 2010 - 11h07, par titi04

Association Renseignements Généreux, cela se retrouve aussi à la base. Je travaille dans une association importante pour l’habitat des jeunes (anciennement foyer de jeunes travailleurs car plus à la mode les mots "foyer et travailleur") dans laquelle j’essaie de remuer les salariés de cette structure. Mes positions, explications et analyses sont pour la grande part entendues. Aussi ai-je proposé la création d’une caisse de solidarité pour que le maximum des salariés participe aux mouvements de grève (lors de la dernière, j’étais seul !). Et comme tu le précises, tout à coup plus personne ! Je crains malheureusement qu’il n’y ai plus beaucoup de citoyens mais beaucoup trop de CONSommateurs, de CONtributeurs, de CONtribuables...


le 5 octobre 2010 - 17h41, par Association Renseignements Généreux

Quand on a créé l’association "Renseignements Généreux" le nom a plu, mais quand on a proposé de créer un "Fonds de solidarité citoyenne" qui soutiendrait financièrement les mouvements de grève, les victimes de dysfonctionnements etc, là, plus personne !avec cette gauche bavarde et stérile, Sarko peut continuer à nuire en toute tranquillité. On a mis aussi Sarko en procès pour son élection irrégulière, mais qui nous a suivis dans cette action, qui aurait été une magistrale gifle citoyenne ?


le 24 septembre 2010 - 22h30, par mamy Suzanne

je participerai à toutes les manifs contre ce que le gouvernement nous prépare comme retraite. Pas pour moi, c’est trop tard mais pour mes enfants et mes petits enfants et pour le peuple français en général

Je crois qu’il faut taper plus fort qu’avec des manifs parce que plus nous sommes nombreux dans la rue et plus le Président et son 1er ministre assurent que la motivation s’estompe. Il faut une grève générale en commençant par tous les moyens de transports pour tout bloquer


le 23 septembre 2010 - 23h03, par antihon

Dire que les chômeurs de 18-25 ans sont faiblement diplômés me paraît exagéré, à 24-25 ans on peut être ingénieur (dès 22 ans même) voire docteur... Mais en France 10% des docteurs restent au chômage après la thèse...


le 23 septembre 2010 - 12h39, par pratclif

Tout me paraît juste dans cette analyse de Bernard Friot ; la seule chose qui me choque c’est de dire qu’on aura en 2030 un PIB de 4000 milliards d’€ et que "c’est le COR qui le dit". Doubler le PIB en 40 ans par rapport à maintenant c’est 1.75% par an. C’est sûrement optimiste car la tendance des 10 dernières années a été de moins de 1.5%. Rien n’est moins sûr que l’avenir. Et la confrontation avec les limites environnementales ainsi qu’avec le degré de saturation du système de production consommation infléchira sans doute la croissance moyenne plus près de 1%. Cela dit, je suis largement d’accord avec tout ce que dit Bernard Friot. J’ajouterai que c’est la réduction des inégalités par une plus juste distribution du PIB qui doit être la priorité de notre société. On ne pourra pas accepter une baisse tendancielle de la croissance de la production matérielle sans résoudre les inégalités.

Autre commentaire : la hausse des cotisations patronales et des salariés est une hausse de la rémunération brute, mise de côté pour la retraite. La hausse des cotisations patronales doit être prise sur la part de la valeur ajoutée affectée aux profits. Évidemment le patronat est contre ! Mais la baisse tendancielle de la part des salaires dans la valeur ajoutée est bien documentée par divers chercheurs et par l’INSEE. Schématiquement c’est 70%>>>60%. Le patronat craint de perdre en compétitivité et en parts de marché à l’export... Mais comme dit Friot et tous les chercheurs qui ont étudié la crise, les profits ont été largement utilisés dans l’économie casino ce qui a créé les bulles à l’origine de la crise.


le 18 septembre 2010 - 08h10

retaiité agricole 80 ans 700 euros mois , parti a la retraite a 67 ans voila mon parcours.J ai vu mon pays passer d une économie organisée ou le CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE en avait jetté les bases essentielles pour les 30 glorieuses que les anciens ont vécu. A une économie ou le profit pour une minorité abrités aux portes des banques ,a tout bousculé pour le peuple ( misère ,perte progressive de nos droits, disparités sociales énormes,individualisme , violences, insécurité .Cette nouvelle civilisation a pris naissance en 1947 (accords du GATT ) et surtout le 26 septembre,les accords de PUNTA DEL ESTE (uruguay),MARAKECH , MAASTRICH, projet EUROPÉEN (repoussé au référendum du 1er juin 2005 ),Mais adopté a VERSAILLES en 2007 , il est a noter qu une majotité de gauche a validé avec la droite ce PROJET EUROPÉEN ouvrant la voie au TRAITÉ de LISBONNE . Voici ce qui c est passé avec l accord du PEUPLE de FRANCE !!! LA MONDIALISATION !!!Je suis vieux avec mes collègues nous avons fait ce beau PAYS !! qui part a la dérive économique pour le plus grand nombre Il me reste a espérer la théorie de LAVOISIER : rien ne se crée ,rien ne se perd , TOUT ce TANSFORME !!! Il appartient a vous les jeunes de faire ce que nous avons fait de 1939 a 1945 COURAGE !!!!!!!!!!!!


le 12 septembre 2010 - 19h06, par Hervé Debonrivage

Très bons arguments qui malheureusement ne seront connus que d’une petite minorité de la population car le passage à l’antenne d’un Bernard Friot sur TF1 (audience 25%) ou France 2(16%)par exemple est peu probable pour ne pas dire"impossible" sur une durée explicative comparable. Certains points demanderaient aussi un développement pédagogique plus imagé et explicite. Par exemple par quels mécanismes 10% du PIB passent de la poche des salariés dans la poche des actionnaires.Par la "modération salariale" certes mais qui, quand, comment ? Et quoi d’autres ?

Hervé Deonrivage


le 2 septembre 2010 - 18h27, par Eric Thomas

Bonjour à tous ,

En préalable , je précise que je n’écoute pas toutes les emissions de "la bas" : c’est seulement à cette periode de l’année , lorsque je suis dans mon tracteur, et en hiver , que je peut vous ecouter . je ne suis pas toujours d’accord sur tout , en regretant ,assez souvent, un certain manque d’objectivité , ou plutot une presentation , à mon gout trop exclusivement " à charge" , mais votre emission est le plus souvent une ouverture de reflexion , de point de vue et en ça , elle est généralement très interessante . Je suis donc double actif , et consacre donc environ 5 heures de mes 14 h de travail journalier , à l’activité de paysan dans le puy de dome : c’est mon choix et je ne m’en plains donc pas . Toutefois , je trouve que le " traitement " reservé au monde agricole , dans la plupart des médias est le plus souvent catastrophique .L’ an dernier dans l’une de vos emissions , l’un de vos intervenant est allé jusqu’a dire que si le monde paysan connaissait des difficultés , il n’avait finalement qu’a s’en prendre à lui meme , ayant voté depuis des decennies pour des politiques de droite .Cette vision caricaturale m’a choqué et m’a conforté dans l’idée que certains pseudo intellectuels devraient parfois se rapprocherde la realité du terrain . Tu dis que nombre de tes emissions sont issues des messages des auditeurs , et bien si cela n’a pas était fait recemment , je crois , qu’une emission sur le monde paysan serait je crois trés interéssante . Voilà , merci de m’avoir lu (peut etre )


le 2 septembre 2010 - 16h02, par Delphine Charpentier Launay

Un grand merci pour cette émission qui nous éclaire des lumières de ce Monsieur Friot. A quand une émission du genre sur TF 1 aux heures de grande écoute ? Quel beau projet de société ! Merci


le 31 août 2010 - 10h53, par jorie

Enfin, quelle analyse ! j’encourage tous les auditeurs à écouter le contre-lavage de cerveau /retraites effectué par Mélenchon sur divers interviews et qui est totalement censuré sur les médias publics ! Daniel, quand inviteras-tu Mélenchon sur ton émission ?Et quand écoutera t on l’économiste Jacques généreux ? enfin, j’encourage tous les gens du PG à écouter Bernard Friot qui rejoint tant de nos options ! merci daniel pour ton émission !


le 2 août 2010 - 07h44, par françois

Bonjour, Merci Daniel pour cette émission très intéressante et très claire. Deux questions simplement pour alller au fond des choses, que je ne peux pas poser directement à Bernard Friot car je n’ai pas son adresse mel et en passant par vous, tous les auditeurs auraient réponse à ces deux questions : 1)qu’est ce qui nous dit que le PIB de la France (ou de tout autre pays)va continuer à croitre linéairement pendant 40 ans parce qu’il l’a fait précédemment entre 1960 et 2000 ? La planète semble au contraire ne plus pouvoir produire plus sous la main de l’homme et avoir atteint des limites dont il faut prendre la mesure(décroissance ou croissance verte)au risque de voir se multiplier les cataclysmes climatiques annonciateurs de changement forcé . 2) dans le cas d’un choix d’une des options proposées par Bernard Friot pour le salariat, comment les petites entreprises (moins de 10 salariés)( artisans,commerçants, prf. libérales, hotellerie,etc...) pourront elles supporter une telle augmentation des charges patronales lorsque leur situation de trésorerie est déjà difficile ?

François


le 25 juillet 2010 - 12h33, par Pascale

Intervention de Gérard Filoche à la convention nationale du Parti socialiste, samedi 29 mai à 13 h

Comment produire autrement ? D’abord en respectant ceux qui produisent Les salariés. Le salariat qui produit toutes les richesses énormes de ce pays et qui n’en reçoit pas la part qu’il mérite. Le salariat, en 1945, c’était un peu plus de 50 % des actifs en 1945. Les autres étaient agriculteurs, artisans, commerçants, indépendants, comme on disait. Mais en 65 ans l’histoire à tranché, c’est le salariat qui a gagné. Les salariés représentent aujourd’hui 93 % de la population active, les autres catégories ne sont plus que 7 % des actifs. D’où l’importance du Code du travail, que nous appelons à reconstruire dans le texte que nous votons tous ensemble aujourd’hui. Car la droite depuis 8 ans l’a passé à l’acide des exigences du Medef. Elle l’a entièrement ré écrit, recodifié, destructuré, affaibli, il s’agit d’un droit républicain désormais dénigré, faussé, fraudé. Et d’année en année, depuis 8 ans, ça s’aggrave. Vous savez, au début le code du travail, c’est le rapport du Dr Willermé, en 1840. A cette époque, il enquête dans une vingtaine de villes, de fabriques sur les conditions de travail, et il y voit les travailleurs, des femmes, des enfants, faire des journées de 15, 16 , 17 h et y mourir. Alors le Dr Willermé dit : « Il faut tra - vail - ler moins ! ». L’histoire du code du travail, en 160 ans, c’est l’histoire de la réduction du temps de travail. Il faudra 80 ans pour qu’on passe de la journée de 17 h à celle de 10 h. Il faudra encore 70 ans pour qu’on passe de la semaine de 40 h à celle de 35 h entre 1936 et 2002, avec la gauche, avec les socialistes. Et en 70 ans, on a fait 4 choses à la fois, dans la vie réelle, on a crée davantage d’emplois, on a augmenté la productivité, on a augmenté les salaires, et on a réduit la durée du travail. Oui, cela faisait 70 ans qu’on travaillait moins et qu’on gagnait plus. Et depuis 8 ans on a des intégristes, néolibéraux, thatchériens, reaganiens qui tentent de faire tourner la roue de l’histoire à l’envers et de nous faire travailler plus. « Travailler plus pour gagner plus » qu’ils disent, c’est un slogan mensonger et mortifère. Ce ne sont plus les coups de grisou qui tuent aujourd’hui mais les accidents cardiaques et vasculaires, il y en a 180 000 par an dont la moitié est liée au travail. Dans tous les secteurs. Qui n’a vu un ouvrier du bâtiment derrière son marteau piqueur ? Quelqu’un pense t il que c’est un dogme, pour lui, la retraite à 60 ans ? En fait c’est à 55 ans qu’il y a droit, s’il veut en profiter. Et c’est pourquoi il faut lutter contre l’allongement des durées du travail qui fatiguent, usent, tuent. Il faut réduire les durées du travail, sur la semaine, sur le mois, l’année et sur la vie, pour la santé, et dans l’intérêt de l’emploi. La droite est en train d’allonger la durée du travail sur la vie pour les infirmières en échange de quelques sous... mais qui ne comprend qu’après 25 ou 30, 35 ans au bloc, dans les services et les couloirs de l’hôpital, on ne peut pas continuer ce métier, qu’il est trop dur après 55 ans ? Même les instituteurs, qui sont passés de 55 ans à 60 ans, ce n’est plus pareil après 35 ans de classe, quand il faut faire la rentrée en septembre à 57 ans, 58 ans, avec ses trente élèves...La biologie du corps humain n’a pas changé. Il y en a qui voit des nains partout, maintenant il y en a, comme Parisot, qui voient des centenaires partout... Or entre 55 ans et 65 ans le travail est de plus en plus dur. A partir de 55 ans, il y a 2 maladies sur 3 liées au travail. A partir de 60 ans, c’est 2 maladies sur 3 liées au travail. L’INSEE calcule que l’espérance de vie en bonne santé, est de 63 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes. Et de 59 ans pour les ouvriers. Ce n’est pas un dogme que de dire que les plus belles années de la retraite sont entre 60 et 65 ans et les plus dures années au travail sont entre 60 et 65 ans. Ils ont destructuré, disloqué les durées légales du travail : depuis 8 ans, ils ont crée 600 000 chômeurs de plus en 2009, on en a 4 millions au total, Sarkozy est allé chercher le chômage avec ses dents en refusant de contrôler les licenciements. Ils ont aussi imposé 600 000 chômeurs à temps partiels, ils leur ont imposé de “travailler moins pour gagner moins”. Et même ils ont versé 300 millions d’euros pour les y contraindre ! Beau résultat pour le « roi » du travailler plus pour gagner plus ! Et ils ont, en même temps, ce qui est un comble, versé des milliards au titre de la loi TEPA pour financer des heures supplémentaires non cotisées et défiscalisées. Sarkozy a même supprimé 100 000 fonctionnaires pour économiser 3 milliards qu’il a donné aux restaurateurs qui n’ont pas créé un seul emploi. Tout ça relève de la faute lourde, n’importe qui serait viré pour moins que ça. Surtravail, sans travail sous travail, ils alimentent délibérément le chômage qui leur sert d’argument pour parler de crise, de faillite, pour baisser les cotisations retraite et maladie. Alors nous, on ne va pas laisser faire. Nous ne sommes pas incohérents, nous socialistes, nous avons baissé la durée du travail sur la semaine à 35 h, pour créer 400 000 emplois, ce n’est pas pour la laisser augmenter sur la vie, au-delà de 60 ans. Nous n’allons pas laisser annuler la nécessaire réduction du temps de travail sur la semaine, accroître le chômage et la souffrance, en travaillant 3, 4, 5 années de plus sur la vie ! Qui peut choisir l’allongement du travail des « seniors » alors que nous avons 25 % de « juniors » au chômage ? S’il y a une priorité pour l’emploi, qu’elle soit pour les jeunes. Pas pour forcer des salariés usés, tressés, souffrants, comme ceux de France Télécom et d’autres à se faire exploiter au-delà de 60 ans. Ils parlent de l’allongement de l’espérance de vie, mais à quoi est-elle due ? A la retraite à 60 ans ! Si vous travaillez plus longtemps, vous mourrez plus tôt ! Regardez ce qu’en disent les assurances, ces rapaces qui vous déversent des tombereaux de prospectus dans vos boites à lettres pour dénigrer et remplacer vos retraies par répartition ? Elles ont des tables de mortalité : si vous travaillez un an de plus vous vivrez six mois de moins. Si vous travaillez deux ans de plus vous vivrez un an de moins. Voilà, il y a des journées de 14, 15, 16 h à nouveau comme du temps du Dr Willermé. Et on veut nous refaire travailler jusqu’à 65, 67, 70 ans comme au siècle dernier. Rien ne le justifie : la France est riche et l’argent, il y en a, mais les richesses ne sont pas redistribuées, ce qui freine la sortie de crise. Il faut hausser les salaires et les cotisations sociales, au détriment des profits fabuleux qu’ils font et qu’ils gaspillent aussitôt dans les casinos financiers. On peut, on doit travailler mieux, moins, tous. 35, 60, 1600, 20. 35 h. rapprocher les durées réelles de la durée légale. 60 ans. A taux plein, pas un an de plus, pas un euro de moins. 1600 euros pour le Smic. Pas de revenu supérieur à 20 fois le Smic. GF le samedi 29 mai, St Denis, convention du PS, 13 h.


le 24 juillet 2010 - 10h36, par Gabrielle

J’espère que vous serez là à la rentrée sinon je n’écouterai plus France Inter(avant de partir je n’ai pas eu le temps d’écouter ceux qui s’en vont ou ceux qui restent)


le 7 juillet 2010 - 19h20, par chantal de Grenoble

Merci encore Daniel pour cette émission avec Bernard FRIOT qui redonne du baume au coeur dans ces périodes difficiles pour les salariés que nous sommes. Cela nous donne des arguments très intéressant notamment par rapport à la tarte à la crème démographique que l’on nous sert et qui entre dans les têtes de tous comme si cette réforme était inéluctable de ce fait. Très intéressant également les préjugés sur le chômage des jeunes et la créations des catégories de l’action publique pour mieux nous faire avaler n’importe quoi. J’espère qu’à la rentrée le mouvement contre cette réforme monstrueuse va s’amplifier et que nous arriverons à faire reculer ce gouvernement qui nous prouve chaque jour (et surtout en ce moment avec l’affaire Woert)qu’il sert les intérêts d’une minorité d’actionnaires qui, s’ils le pouvaient, nous feraient retourner en esclavage. Merci pour tes émissions mille fois. PS : solidarité avec Guillon et Porte, là encore il faut se mobiliser.


le 6 juillet 2010 - 13h54, par Philippe

C’est gentil comme idée ! Dommage qu’on ne dise pas que les chomeurs aussi sont payé pendant leur temps de chommage ... et traville-t-il plus ou moins. Ne venez pas me dire que comme on leur donne l’étiquette de chomeur, "il ne sont pas dans l’esprit libéré du travail". J’étais à la conférence à Audincourt et je même si l’idée est séduisante, même les retraité présent ne se sont pas réconnu dans ses ratraité payé et travaillant (encore plus que quand il était en activité). A Bientôt ... surtout pour un plan de mise en oeuvre, une stradtégie et un planning du déroulement de la mise en place de ce système. Le sujet mérite qu’on continue de parler de cette solution.


le 5 juillet 2010 - 09h39, par alexandre chateau

Bravo pour cette émission poignante de vérité. Pourquoi la rédaction des journaux de FI n’a t-elle pas repris des extraits pour énoncer les vérités dites par ce sociologue. Quand on explique aussi simplement, on comprend que l’enjeu des retraites n’est pas 60-62-65 ans mais le système économique même. Capitalisme mon amour, profits toujours. "Ils" n’ont rien compris à la crise des valeurs actuelles, octobre 29 - octobre 2010 ? Vivement la déroute.


le 2 juillet 2010 - 22h36, par Bibi Fricotin

Merci Daniel, merci de faire connaitre le point de vue éclairé, intelligent, de quelqu’un comme Bernard Friot.

Si encore la richesse était redistribuée à celles et ceux des pays les plus pauvres, nous accepterions ces temps de rigueur : pour la retraite ou autres prétextes qui finalement ne sont là que pour nous plumer et nous aliéner aux pseudos valeurs "travail" (au sens commun). Nous dormirions mieux sachant que nos voisins les plus modestes mangent à leur faim, aient accès aux soins et à l’éducation. Mais non ! Voilà que la richesse augmente, mais on trinque tous...enfin non, pas tous !

Merci à vous, à toute l’équipe

C’était un salarié d’un secteur sacrifié et en crise profonde : social et médico-social...qui n’a ni l’envie ni la force de se casser dans ce travail passionnant mais exigeant jusqu’à 65 ans ! En tout cas pas dans les conditions actuelles. Tiens, Daniel, si vous voulez voir les effets des politiques sociales et de santé d’aujour’hui (à moins que vous l’ayez déjà fait dans une autre émission) : pression énorme sur les associations gestionnaires, sur le personnel et au final sur les personnes accueillies et accompagnées (devenues des Usagers...usagés ?) Trou de la sécu ? Pas si sûr mais on veut nous le faire croire et qui en paie les frais ? Venez voir la misère dans les établissements pour personnes handicapées où il est bien difficile de faire autre chose que manger, dormir et tourner en rond, mourir d’ennui faute de moyens...Tristesse, souffrances, mort psychique...Car les personnes handicapées aussi sont des acteurs économiques et non pas des "charges" comme on taxe les personnes retraitées. Vivement les prochaines élections, vivement le réveil ! Bon courage


le 2 juillet 2010 - 11h46, par Eud Lauk

Mon Dieu ! C’est affreux, c’est effrayant : un film d’horreur sans image à la radio.

Cette vision de rouleau compresseur social, véritable outil de manipulation financière file la chair de poule.

C’est la suite de l’intervention du professeur Lordon sur la crise financière mondiale.

Je suggère donc un autre titre à l’émission : "Les vampires de nos bourses 2, le retour"

Question : monsieur Friot est-il encore vivant depuis ?

Grüt !


le 2 juillet 2010 - 10h26, par titi04

D’accord avec Phamb et Stéphane !

Il est le temps de cette prise de conscience par le plus grand nombre. Cela permettra à mon sens de reposer les choses de manière politique et démocratique et ainsi aller vers le dépassement de cette religion du pognon.


le 2 juillet 2010 - 01h46, par nicolas

Le revenu garanti à chacun en fonction de sa "qualification", donc fondamentalement inégalitaire, est-il une idée de gauche ? Ce n’est pas ma vision en tous cas et je retrouve cette gêne dans le mouvement de défense des retraites (auquel je participe). Si nous réfléchissons sur les retraites, pourquoi ne pas en faire une critique axée sur la réduction des inégalités ? Pourquoi ne pas proposer de "lisser" les pensions ? Moins pour ceux qui touchent beaucoup (2 ou 3 smic) et plus pour ceux qui touche des miettes, fautes d’avoir bénéficié d’une carrière "confortable" ?

Au lieu de cela nous paraissons défendre notre situation personnelle en nous cachant derrière de belles idées.


le 30 juin 2010 - 22h58, par martinerie

incroyablement interessant et aux antipodes de ce qu on entend habituellement ; besoin de reecouter et de le faire savoir autour de nous merci de le laisser quelque temps a disposition sur ce site ; bravo et merci


le 30 juin 2010 - 21h07, par Coulaud

Bravo pour l’intervention de Bernard Friot. Ce qui m’étonne, c’est qu’il n’a parlé à aucun moment de la mondialisation ? Est-ce qu’un pays peut se permettre d’avoir un coût du travail très supérieur à ceux des autres pays, qui sont des concurrents.


le 29 juin 2010 - 04h52, par larry frebo

j’ai été moi aussi sous le charme après avoir écouté Friot et comme c’est un bernard comme moi...ce qui m’a fasciné c’est d’abord comment on peut dire des choses si complexes de manière si fluide et toujours exactement chiffrée. Ensuite le coup de l’emploi qui tue le travail est non seulement tout à fait exquis mais c’est exactement le genre d’évidences que l’on est incapable de penser parce penser c’est justement inquiéter les évidences que l’on nous sert et qu’on ne pense même pas à discuter. chapeau, Professeur !


le 27 juin 2010 - 14h45, par CF

Bonjour,

Avec beaucoup d’attention, j’ai écouté l’émission sur "l’enjeu des retraites" c’est important que vous donniez la parole à un véritable pro de la protection sociale. Son savoir accumulé par un travail approfondi de dizaines d’années ouvre notre conscience à une autre réalité que tous les discours politiques assenés pour obtenir de chacun de nous l’acceptation de la réforme des retraites. Une émission de très haut niveau et qui décoiffe...

Espérons que B.Friot soit un jour ministre !

Merci à M. Friot et à Daniel Mermet.


le 27 juin 2010 - 10h10, par Zapping

Bernard Friot était là bas, à Montreuil, le 1er juin dernier, et "la Télé de Gauche" y était parmi dix autres personnes et a tout filmé :

http://www.dailymotion.com/video/xdrm57_la-retraite-c-est-revolutionnaire_news

La retraite c’est révolutionnaire : fallait y penser !


le 26 juin 2010 - 16h18, par jfsadys

Quel dommage que Bernard Friot ne passe pas à la télé matin midi et soir. En l’écoutant j’ai repensé au vrai faux charnier de Timisoara, au vrai faux cormoran mazouté de la première guerre du golfe et aux vraies fausses couveuses volées au Koweït et enfin aux vraies fausses armes de destruction massive de la deuxième guerre du golfe.


le 26 juin 2010 - 15h19, par Panxoa

Pour faire suite au message d’un AMG le 23 juin 2010 - 17h51 , je confirme !

Ecoutez attentivement les vidéos de ce site, jacques Nikonoff et les autres, et faites passer l’info le plus largement possible !!

Et vivement les prochains soulèvements populaires, comme dits F. lordon...

http://j-ai-du-louper-un-episode.hautetfort.com/


le 25 juin 2010 - 11h17, par phamb

Tout a fait d’accord avec Stéphane. Sommes-nous sur la bonne analyse, on considérant le PIB de la même manière dans le temps ? Quid des ressources naturelles qui disparaissent à vitesse grand V ? Du peak oil qui a été atteint (ou va bientôt être atteint ?). La notion de PIB n’est-elle pas faussée dès le départ ? Je pense que l’on ne regarde pas assez sous tous les angles. Cela n’enlève rien à la pertinence de cette analyse. Mais quand est-ce que l’on va enfin mettre autre chose qu’une valeur monétaire dans le PIB et donc le considérer autrement avec des bases saines (le fait par exemple, que les ressources naturelles soient gratuites et ne rentrent pas dans le calcul du PIB : l’eau, l’oxygène, le soleil, le pétrole généré depuis des millions d’années et "gaspillé" en 1 ou 2 siècles !!), etc...). C’est ce qui manque dans l’élaboration du PIB. Lire les bouquins de l’écologiste Brown (Le plan B) à ce sujet. Très pertinent. Il faudrait que ces 2 personnages se rencontrent. Ecologiste-Economiste avec Economiste-Socioloques. Daniel, ça, ça serait constructif et hyper intéressant pour partir sur la bonne voie.


le 25 juin 2010 - 01h55, par Pierre Mouroux

J’ai été comblé au mois de juin sur l’explication de ce qui se passe en ce moment et des véritables enjeux de société. Bernard Friot a été remarquable et magistral, en particulier sur l’augmentation évidente de la productivité et son rôle dans la régulation des retraites : il n’y a pas eu de problème quand on est passé de 4 pour 1 à 2 pour 1 (actifs/ retraités)en 40 ans, donc pas de problème non plus quand on passera à 1 pour 1, dans 40 prochaines années : c’est très clair, non.J’ai même noté que les profits pourraient devenir ENORMES dans le PIB. On nous mène bien sûr en bâteau et il faudra encore plus se battre.

Mais j’ai aussi assisté à la conférence de Gérard Filoche à Carnoux. Avec ses deux bouquins (avril 2010), sa démonstration est également très intéressante, d’autant qu’il est Inspecteur du travail et qu’il en connait un sacré rayon sur les exactions des employeurs et sur la main-mise du pouvoir actuel sur le code du travail : à revoir complètement après Sarko. Encore merci pour cette émission et adios attristé, oh combien, à nos deux humoristes dont l’éviction même était contenue dans la nomination PAR LE POUVOIR,foutu POUVOIR, de Jean-Luc Hess et un certain Vial, qui nous ont encore sacrément trompés. C’est presque pire que celle de Besson : c’est dire. Pierre Mouroux de La Ciotat


le 24 juin 2010 - 15h17, par Mamilin

NO PASARAN J’écoute l’émission d’hier sur Internet vu qu’à midi plus une poussière j’ai éteint de rage ma radio. Rage contre Val et Hess, braves toutous à leur mémètre-68. Courage Daniel , continue je compte sur toi pour me donner les nouvelles du front.


le 24 juin 2010 - 14h17, par katell

et ce matin, au boulot, deux fonctionnaires de l’EN, non rémunérés car grévistes, mais ayant là du travail à faire qu’ils voulaient "bien faire", deux grévistes donc causaient en s’entraidant, ce que l’on ne peut jamais faire lorsque l’on ait payé...ni se parler, ni s’entraider... "t’as entendu hier l’émission de Mermet avec ce type éblouissant qui racontait qu’y a pas de chomeurs chez les retraités ?" "oui,oui, oui, j’ai adoré ! quelle bouffée d’oxygène...repenser un peu, de temps en temps, quel bonheur...et que de vérité ! "


le 24 juin 2010 - 13h13, par ranger

j’ai écouté avec passion Bernard FRIOT, il me redonne espoir en l’humanité mais par dessus tout il a dit avec une aisance déconcertante ce que je n’arrivais à traduire depuis des années, c’est merveilleux de s’exprimer comme cela sur des questions aussi ardues Merci Monsieur j’aurais été très honoré d’être un de vos élèves. merci aussi à vous Monsieur Mermet je me surprends à réfléchir en écoutant vos émissions surtout quand je converse avec d’autres personnes, enfin je Gagne ma LIBERTE et je comprends mieux à 48 ans qu’on puisse donner sa vie pour elle !


le 24 juin 2010 - 13h13, par solalbe

Salut ! Moi aussi j’ai trouvé vraiment brillante l’intervention de B. Friot. J’en vois les limites mais la base est indiscutablement la bonne. Je vais diffuser l’adresse de votre webcast par mail mais est-ce-que, vu l’enjeu, il ne serait pas possible de nous faire un fichier unique reprenant l’interview seulement et qu’on puisse la mettre en pièce attachée dans nos mails ? Merci en tout cas !


le 24 juin 2010 - 11h30, par Jocy

NON ! Messieurs les journalistes ! Vous n’allez tout de même pas laissez passer cela ! Vous ne pouvez pas accepter ! S’il fallait une excuse... elle est belle, non ? Debout, et tout le monde en grève ! France Inter, toutes les radios, la télé, les journaux,.... debout !!! et ce fabuleux élan va entraîner LE changement !!!!!


le 24 juin 2010 - 10h46, par Geneviève Witz en Alsace

Magnifique ! Un grand merci, cela fait tellement de bien d’écouter Bernard Friot. Je vais transmettre à tous mes amis. Je pars pour la manif et je suis heureuse ! Enfin j’entends clairement énoncé ce que je pressens et sais, sans parvenir à l’exprimer, je vais le réécouter pour mieux en parler. Merci à ce que vous nous apportez de Daniel Mermet à tous ceux qui relaient, chacun apporte sa pierre à la construction d’une humanité fraternelle, libre et égale en droits.


le 24 juin 2010 - 10h09, par Yves JEANMOUGIN (Attac Vosges)

Cher Daniel MERMET Je viens d’écouter votre émission d’hier 23 juin dédiée aux travaux sur les retraites de Bernard FRIOT. Nous militants de base qui bagarrons sur le terrain avec de petits moyens, nous avons besoin de cet argumentaire pour le porter dans les petites communes de la France profonde. Serait - il possible d’avoir le CD -voire le DVD si elle a été filmée- de cette émission, en payant (y compris des droits d’auteurs) s’il le faut. Chaleureusement vôtre


le 24 juin 2010 - 03h00, par Alain

Une bien belle émission encore aujourd’hui. Ça nous change des seuls discours convenus que l’on entend habituellement sur le sujet et qui tendent à nous faire gober n’importe quoi. Entre Friot et Lordon, nous avons d’excellents professeurs. Quel dommage que les pouvoirs publics n’incitent pas plus les gens à écouter ces personnes là plutôt qu’à les conditionner à prendre comme une affaire d’état les insignifiances d’une poignée de connards dorés tapeurs de ballon ! à cet égard, il est scandaleux que ce qui ne devrait susciter qu’un entrefilet occupe les deux tiers d’un journal télévisé comme s’il s’agissait d’un événement majeur, de même qu’il est scandaleux que des ministres se mêlent de ces histoires comme s’ils n’avaient pas beaucoup mieux à faire. Mais je sais bien que ce n’est pas par hasard si on donne tant d’importance à des choses qui n’en ont aucune. Gouvernement de propagande et d’intoxication !

L’émission d’aujourd’hui, voilà un sujet d’importance, comme beaucoup de celles qui l’ont précédée d’ailleurs, et comme on espère qu’il y en aura encore bien d’autres. Je dis « on espère » car les nouvelles d’aujourd’hui sur France-Inter ne sont pas bonnes : je pense évidemment à Didier Porte en particulier. Aux autres aussi néanmoins, que j’écoutais avec intérêt. L’épuration comme au bon vieux temps ! Que va-t-il rester sur France-Inter si on nous enlève tous ceux qui nous intéressent ? Pour aller vite, il ne reste plus que « Là-bas si j’y suis » ; mais pour combien de temps ? La « différence » va s’amenuiser à l’extrême ! La seule station de radio que j’écoutais jusque là est en train de se vider de tout son sens. Que veut-on ? la transformer en un radis creux comme la télé ? et, de là, perdre tous les auditeurs qui étaient attachés à une vraie radio ? Je triais déjà beaucoup parmi les diverses émissions mais, comme beaucoup d’autres, désormais, je n’écouterai plus France-Inter. À part « Là-bas si j’y suis », évidemment.

Ce soir, je ne suis pas triste comme d’autres auditeurs ont pu l’exprimer : je suis consterné et en colère. Toutefois, je m’en voudrais d’oublier pour autant de dire un grand merci tout particulier à Didier Porte qui a su nous enchanter et nous édifier de sa verve incisive et si bien construite. J’espère qu’il reviendra quand nous aurons nous-mêmes viré ceux qu’il dérangeait.

Daniel, accrochez-vous bien, il ne reste plus que vous !

Alain


le 24 juin 2010 - 02h22, par Pierre

Une des meilleures émissions de "là-bas" cette année. C’est dire ! Bernard Friot - avec d’autres invités de "Là-bas" - redonne de l’espoir. Nous vaincrons, nous sommes des millions ! Et encore dans la rue le 24 juin... Nous espérons tous que tu pourras continuer Daniel. Soutien à Didier Porte et Stéphane Guillon. Et préciser à J-L Hess que France Inter n’est pas SA radio, mais LA NOTRE.


le 23 juin 2010 - 22h55, par Philrouge, musicien

Salut, bravo à Bernard Friot, et Frédéric Lordon il y a quelques temps pour leur pédagogie, la clarté de leur propos, et pour être capable de rendre l’économie captivante pour un public profane... et bien sûr un grand merci à Daniel Mermet pour son travail si utile en cette époque où les médias semblent trop souvent n’être devenus que des instruments de manipulation des consciences. Félicitations pour cette émission passionnante et indispensable !


le 23 juin 2010 - 22h34, par iterre

Merci Monsieur Guillon, et Merci Monsieur Porte, moi aussi je quitte France Inter sauf la bas avec qui je reste


le 23 juin 2010 - 22h31, par Iséorcé

Daniel, merci pour cette émission

Cela fait 3 semaines que je n’écoutais plus la radio - une pause salutaire. Je suis si surprise d’entendre un discours tel que celui de Bernard Friot ! Je vais le reprendre, l’étudier. Il se peut que j’aille manifester demain.

Bonne journée à vous Daniel.

Isabelle


le 23 juin 2010 - 21h07, par emm

à l’accrobelge : Tu peux trouver des extraits du dernier numéro de fakir et des articles des anciens sur le site http://www.fakirpresse.info/ Franchement, essaye de t’abonner, je serais très étonnée que tu sois déçue. Le contenu est bouillant, réjouissant et ébouriffant, très documenté, convaincant et sans pitié. Non, je ne travaille pas pour la maison du François, mais honnêtement, le dernier numéro était excellent. Esssye, je te jure.


le 23 juin 2010 - 20h46, par une accrobelge

Chers Daniel et l’Equipe,

J’écoute fidèlement tes émissions bien qu’avec retard. Je viens d’écouter ton émission sur l’Afrique du Sud et j’en suis encore bouleversée. Merci de tout cœur pour toutes tes émissions. A toi bien sûr et à François F., (dont j’aimerais lire Fakir mais introuvable à Bruxelles) et Pascale P..., Antoine et les autres sans oublier Zoé dont j’aime beaucoup les émissions du vendredi soir. S’il fallait resigner une pétition compte sur moi et j’essayerai d’en entraîner d’autres pour que tu puisses continuer, car comme le disait une AMG, il y a quelques mois "on a besoin de toi". Merci pour la différence.

Une accrobelge


le 23 juin 2010 - 20h33, par Stéphane

Une émission intéressante avec une brillante analyse. Mais, sauf erreur de ma part, à aucun moment M. Friot ne remet en question le PIB et sa croissance. Il ne nous dit pas ce qu’il mesure ni sur quoi il repose. Il semble d’ailleurs considérer que cette croissance va se poursuivre indéfiniment en oubliant que la biosphère ne le supportera pas. Nous habitons un monde fini aux ressources limitées, à commencer par le pétrole. Mais bon, tout ça c’est des lubies d’écolo bien entendu. L’important c’est de se partager le gâteau pas de changer la recette...


le 23 juin 2010 - 20h28, par Aucun

Val n’est que le cheval de troie de Naboléon. "Un bon à rien prêt à tout" comme dit mémé. Avec autant de crétin (avec un Hees) dans le fromage, faut pas s’étonner que sa fasse des salades.


le 23 juin 2010 - 19h56, par Bertrand

Merci à Bernard FRIOT, pour ses arguments si convaincants et pourtant tellement à contre-courant du discours du pouvoir et des médias. Nous sentons bien qu’il leur dit leurs quatre vérités.

Je suis convaincu que "l’emploi" dans les grandes entreprises mène souvent au travail et aux produits absurdes (je crois que c’est différent dans le monde des artisans et des petits commerçants... ils existent encore !). L’âge du mésusage comme dissent certains, nous payons de plus en plus pour ce qui est inutile ou de mauvaise qualité. Ce qui est utile et bon, est bien souvent issu d’un travail gratuit.

J’apprécie particulièrement deux idées que j’avais en moi, mais dans le flou :
-  Le "salaire" à vie selon la qualification et non selon le poste.
-  Les grands investissements basés sur les cotisations plutôt que sur la capitalisation. C’est génial et bel et bien révolutionnaire.

Je vais faire connaitre et écouter autour de moi, cette émission jubilatoire...

J’ai 60 ans, encore au boulot pour un moment, en indépendant. J’ai la chance d’être encore en forme, donc pour moi ça va. Mais je regarde autour de moi...)


le 23 juin 2010 - 18h42, par Bernard Lang

Bonjour, Je suis tombé par hasard sur l’émission. Remarquable de clarté et de pédagogie sur la question du financement des retraites, Je n’arrive pas à comprendre que tout le monde gobe cette fiction démographique alors qu’il s’agit à l’évidence d’un problème de productivité (dommage que ce mot ne soit pas prononcé), et que comme la productivité est croissante...

À rapprocher de l’excellente émission du 8 juin (dans Service Public) où Philippe Moati défendait l’extension des garanties à 10 ans. Doubler la durée de vie d’un produit ne coûte guère, mais double la productivité et aide donc à résoudre le problème des retraites : si deux actifs peuvent nourrir 1 inactif (donc 3 personnes au total) alors, en doublant la productivité, un seul actif peut faire la même chose (nourrir 3 personnes) et peut donc nourrir 2 inactifs. C’est donc bien au delà du besoin pour 2050.

Un peu dommage de gâcher cela avec une vision un peu trop utopiste de l’organisation future du travail. Que ce soit vrai ou faux, c’est très largement prématuré et trop facilement utilisable pour disqualifier le plus urgent du discours. Qui trop embrasse mal étreint.

Mais merci.


le 23 juin 2010 - 17h58, par Toh

Désolé ce n’est pas le sujet adapté pour parler de ça ("l’enjeu des retraites", remarque pourquoi pas ?...), mais je souhaitais simplement signifier mon opposition aux renvois de Guillon et Porte.

Je continuerai à t’écouter Daniel, mais sur internet.


le 23 juin 2010 - 17h51, par Réjane

"vieille" retraitée de 68 ans...avec tous mes trimestres !.. et 610 € de retraite... car : ( 3enfants - femme d’agriculteur 15 années - diplome de biblio. à 45 ans - et quelques 10 années de cotisations... ) Trés intéressant B.Friot, comment se fait-il, que à part D.Mermet si peu de journalistes parlent de ses analyses et propositions ?... Où peut-on le contacter ? merci !


le 23 juin 2010 - 17h51

je viens de finir d’écouter l’émission, je l’ai trouvé bien laborieux. Y’a de bien meilleurs argumentateurs, Nikonoff par exemple, qu’on peut écouter :

http://j-ai-du-louper-un-episode.hautetfort.com/

J’aime beaucoup l’émission en général, mais son truc contre le revenu universel et pour le salaire a vie en fonction de la qualification, je trouve ca un peu poussif.

M’enfin.

bonne soirée


le 23 juin 2010 - 17h19

Merci pour cette éclairage édifiant... Mais à vrai dire je m’en doutais un peu.


le 23 juin 2010 - 16h39, par PAT

magnifique et géniale émission ; M Mermet invite toujours des interlocuteurs de grande qualité ; bravo encore et encore ; j’adore vos émissions ; j’essaie de les écouter furtivement au bureau ; quand je ne le peux pas , je les podcaste, bien sûr. Aujourd’hui je suis attristée d’apprendre le licenciements de vos confrères : Porte, remarquable aussi et Guillon


le 23 juin 2010 - 16h39, par catherine

Merci Daniel, pour le clin d’oeil à Didier Porte en fin d’émission. Surtout, ne t’en vas pas !!! Même si on change d’horaire, maintenant on sait comment faire....... Comme je change de radio, sauf pour là-bas, je veux être sure de l’allumer à la "bonne heure". Bon été à toute l’équipe, tenez bon même si vous êtes l’alibi qui fait la "différence", je veux pouvoir continuer à être curieuse, enthousiaste ou écoeurée, mais VIVANTE......

archives "non-officielles" de l' émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis" diffusée sur France Inter

Accueil | Podcast | Plan du site | Autres sites | Contact  | Admin |
 © Copyleft 2004 site réalisé par Franck avec SPIP, hébergé et soutenu par Abeille Informatique