Accueil - 2008-09 - émissions de Avril
Juger la guerre, juger l’histoire
Le mercredi 22 avril 2009


Que peut la justice face à la guerre et face à l’histoire ? C’est la question que s’est posé Pierre Hazan dans son dernier livre "Juger la guerre, juger l’histoire"(PUF).
Du procès de Nuremberg à la Bosnie-Herzégovine, de l’Afrique du Sud au Rwanda, de l’Ouganda à la Namibie, en passant par le conflit Israélo-Palestinien, Pierre Hazan remet en question la capacité de la justice à guérir les societés violées.
Il s’intéresse notamment à l’instrumentalisation des victimes lors des procès, à l’évolution des valeurs et des normes dans les sociétés confrontées aux crimes de masse, et montre comment les enjeux politiques de la mémoire sont déterminants dans la construction du destin collectif d’une nation.


Livre :
-  Pierre Hazan : Juger la guerre, juger l’histoire. Du bon usage des commissions de vérité et de la justice internationale.
éditeur : PUF (2007)




Utilisez ce formulaire pour laisser vos messages
S'ils retiennent l'attention de l'équipe, ils seront publiés ici
 
Titre :
Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ecouter en mp3
grâce au player Flash de JeroenwiJering.com

Ecouter en ogg OU en real audio

Télécharger en Mp3, Ogg ou Real
Podcaster cette émission seulement
ou

ou en utilisant l'adresse du podcast :
www.la-bas.org/podcast.php3
pour recevoir toutes les futures émissions


Vos émissions préférées de ce thème

Rwanda Valentine (2)

Il y a 20 ans un nouveau bloc d’abîme tombait sur le Rwanda. Annoncé, prévisible, soigneusement programmé, le scénario était déjà en place dans les années 1960. Chassés en 1959, (...)

diffusée le 8 avril 2014

Howard Zinn - Une histoire populaire américaine

Le nouveau film d’Olivier Azam et Daniel Mermet, sur la vie de Howard Zinn, 1922-2010, auteur du livre "Une histoire populaire des Etats-Unis". Lire la suite (...)

diffusée le


Zépur l’arménienne

Une nouvelle diffusion du reportage de Zoé Varier sur le génocide arménien.

diffusée le 11 mai 2005


Lister les 30 émissions de la série

Vos réactions à cette émission

Cliquez ici pour laisser un message

le 27 avril 2009 - 15h26, par Lecomte Maurice

De Jean Saint Marc, le 6 août 2008.
Voir http://www.temoignages.re/l-insoute...
L’insoutenable frivolité des barbares... civilisés ?
Les 6 et 9 août 1945, le président Harry Truman - l’équivalent intellectuel et moral du G.W. Bush d’aujourd’hui - ordonnait la mort de dizaines de milliers de civils japonais au moyen de deux bombes atomiques.
Il est consternant de constater que l’opinion publique occidentale, pourtant traumatisée par la découverte de la barbarie des camps de concentration hitlériens, a enregistré la nouvelle de ces deux terribles crimes contre d’innocentes populations civiles avec un cynisme dont les peuples algérien, malgache et indochinois ne devaient pas tarder à mesurer l’étendue.
Dès le 6 août au soir, l’équipage qui avait semé la mort sur Hiroshima fut fêté au champagne. "Le Monde" du 8 août 1945 ne fit pas exception à la règle et s’enthousiasma de cet "exploit" avec ce titre de Une : « Une révolution scientifique. Les Américains lancent leur première bombe atomique sur le Japon ».
Albert Camus fut l’un des rares à prendre la mesure du cataclysme qui, désormais, allait menacer la planète entière. Dans "Combat" du 8 août, il écrivait : « Le monde est ce qu’il est, c’est-à-dire peu de chose. C’est ce que chacun sait depuis hier grâce au formidable concert que la radio, les journaux et les agences d’information viennent de déclencher au sujet de la bombe atomique. On nous apprend, en effet, au milieu d’une foule de commentaires enthousiastes, que n’importe quelle ville d’importance moyenne peut être totalement rasée par une bombe de la grosseur d’un ballon de football.
Des journaux américains, anglais et français se répandent en dissertations élégantes sur l’avenir, le passé, les inventeurs, le coût, la vocation pacifique et les effets guerriers, les conséquences politiques et même le caractère indépendant de la bombe atomique. Il est permis de penser qu’il y a quelque indécence à célébrer une découverte qui se met d’abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l’homme ait fait preuve depuis des siècles ».
L’enfant que j’étais alors et qui, apprenant à lire dans les journaux, y découvrait l’horreur des camps nazis et la folie atomique, se souvient aujourd’hui encore de son incompréhension lorsque, dans les bals qui suivirent ces deux cataclysmes, l’un des moments les plus animés était toujours celui où l’orchestre se lançait dans l’exécution d’un morceau faisant alors fureur : "la bombe atomique". J’ai expliqué à mes enfants et, aujourd’hui, à mes petits-enfants qui, jamais, n’en croient leurs oreilles, que mes parents et leurs amis se lançaient dans cette danse de manière effrénée. Le clou du spectacle étant le moment où l’orchestre suspendait un moment la musique puis se relançait crescendo et, tandis qu’enflait la voix du chanteur, tous les danseurs s’écriaient : « c’est la bombe A - tomique » en même temps que les cavaliers faisaient sauter leur cavalière le plus haut qu’ils pouvaient, célébrant ainsi, avec une frivolité barbare, l’étalage des ruines d’Hiroshima et Nagasaki et des photographies de morts-vivants japonais sidérés illustrant les pages des magazines.
Et aujourd’hui, soixante trois ans plus tard, nous qui avons tant joué avec la bombe pour en menacer les peuples, nous voilà cavalant en Corée du Nord et en Iran, faisant la leçon à ceux qui veulent la bombe A, tout en feignant d’ignorer qu’à côté du très "sélect" club des puissances nucléaires - USA, Russie, Royaume-Uni, France et Chine - autorisées (par elles-mêmes) à détenir l’arme nucléaire, Israël, le Pakistan, l’Inde et la Corée du Nord s’en sont équipées sans en demander la permission et que la Syrie, l’Égypte, le Nigeria et Taïwan travaillent à la maîtrise de la fabrication des cette très réelle arme de destruction massive.


le 24 avril 2009 - 16h33, par philou

En réaction à certains commentaires sur Amhadinenjad
S’il est vrai que plus de mille innocents ont péris dans les bombardements de Gaza, le gouvernement israélien est loin d’être le seul à commettre ce type de crimes. D’autres font bien pire et n’ont pas le même traitement médiatique (USA de bush, Russie, Chine, Birmanie, Indonésie, Malaysie, Colombie, Paraguay, Congo, Soudan...
En effet, il ne faut pas oublier
-  les plus de 100000 morts en Papouasie occidentale dus aux exactions du gouvernement indonésien,
-  les persécutions à Bornéo sous couvert des gouvernements indonésiens et malais,
-  les plus de 2 millions de morts en Irak (bombardements, contaminations, exécutions sommaires, attentats...) depuis la première guerre du golfe
-  le génocide des indiens qui se poursuit en Amazonie
-  la Tchétchénie
-  le Congo
-  le Darfour
-  La Chine
-  La Birmanie...


le 22 avril 2009 - 21h45, par SylvainD

Le consensus est sans doute une obligation dans les médias, cela explique peut-être l’invitation de Pierre Hazan.
Je n’ai pas lu le livre d’Hazan, mais ce monsieur me parait bien naïf, et Daniel tu le suis sans trop de critique dans ses croyances en une justice internationale.
Je me trompe peut-être et bien sûr j’expose là mon point de vue, mais j’ai comme l’impression que tes rencontres avec Howard Zinn ou Robert Fisk, par exemple, sont oubliées. A mon avis, le monde tel qu’il est actuellement et depuis des siècles, ne connait pas la justice des Hommes, mais seulement de quelques uns, en Namibie, à Nuremberg, au Rwanda comme n’importe où.
Autant croire en une justice divine qui brulera les pieds aux méchants d’ici-bas...
SylvainD
-  http://balades.wordpress.com

archives "non-officielles" de l' émission de Daniel Mermet "Là-bas si j'y suis" diffusée sur France Inter

Accueil | Podcast | Plan du site | Autres sites | Contact  | Admin |
 © Copyleft 2004 site réalisé par Franck avec SPIP, hébergé et soutenu par Abeille Informatique